Le Mont Ventoux

  • Cazeneuve au Titanic

    Résultat de recherche d'images pour "cazeneuve"

     

    Cazeneuve ! Combien nom fut mal porté. Vous l’avez-vous, ce petit rat fouineur, l’œil hypocrite et fuyant, serviteur zélé de son maître et sicaire de l’ombre. Un ersatz d’hominidé tout juste digne de squatter un trou. Le voilà Premier Ministre du dernier gouvernement Hollande, autant dire quartier-maître du Titanic après la rencontre avec l’iceberg.
    Voilà un type qui a été incapable de juguler l’immigration clandestine, c’est-à-dire illégale. Inopérant devant les vagues terroristes qui importèrent l’horreur de l’islam dans la chair de notre pays. Un bonhomme tout juste capable de nous seriner des « padamalgames » et baiser la main d’imams retors. Un ministre de l’Intérieur devant lequel se dressent les policiers, les CRS et les gardiens de prison. Mais ministre l’était-il ? Tout juste le chien que Manolo Valls-Galtieri tient en laisse et auquel il donne, quand il le veut, un rab de Frido.
    Cazeneuve, c’est un petit rat de loge, un laïcard triste, fanatique et borné. Un ministre qui, dans une église, s’image qu’il faut retirer ses chaussures ! Un christianophobe haineux qui a qualifié et jamais démenti : « cette époque nauséabonde » où la France était chrétienne. L’athée compulsif qui, par contre, ne dédaigne pas de briser le jeûne du Ramadan avec sa clientèle musulmane et célébrer Rosh Hach Hannah avec des bobos et des people juifs.
    Mais dans le fond que peut-il faire encore en cinq mois ?
    Beaucoup de mal ! Aidé en ça par ses complices socialistes, il fera voter un ensemble de mesures et de règlements qui vont plomber les premiers temps du futur gouvernement. Et nommer par ci, par là, dans des postes confortables et, bien sûr très bien payés, des comparses qui sont autant de complices fidèles et taiseux.
    Et puis, en dernier baroud, imposer des lois liberticides, comme la dernière qui punit d’emprisonnement toute information destinée à faire réfléchir les femmes qui hésitent avant de supprimer l’enfant qu’elles portent.  Cazeneuve, complice de meurtre et tentative de meurtre !
    Il y aura d’autres entraves à la liberté. Comme celles qu’ils concoctent contre les internautes dans notre genre qui disent et surtout écrivent ce que le peuple pense et murmure tout bas.
    Vous n’imaginez tout de même pas que suite à la claque sonnante que le peuple vient d’infliger à ces incompétences arrogantes qui prétendent le gouverner, nos excellences feraient profil bas et se contenteraient des affaires courantes. Nenni ! Ils brûleront leurs dernières cartouches, eux qui imposèrent leurs diktats par le 49.3.
    Vous l’avez vue, cette face de rat glauque ? Cette silhouette sournoise de psychopathe frustré ?
    Elle est première ministricule de la raie publique, ce qui n’est pas étonnant, depuis 1789 la France est gouvernée par des psychopathes.

  • Le bal des hypocrites

    Afficher l'image d'origine

     

    La guerre est toujours dégueulasse  qui n’épargne pas les civils. Voyez l’Allemagne réduite à l’âge de la pierre par les bombardements alliés, mais aussi Caen en France où dix mille civils trouvèrent la mort en juin 1944, écrasés sous les bombes anglo-américaines. En Syrie, face à « l’Etat islamique », les troupes coalisées n’ont pas le choix. Il faut déloger ces assassins qui prennent comme bouclier des civils qui n’en peuvent. C’est triste, c’est un crève-cœur, mais la guerre c’est comme les omelettes…
    C’est un comble quand même que ce soient ceux qui ont balancé une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki, qui ont versé sur Dresde une pluie de bombes incendiaires faisant près de deux cent mille morts, alors qu’il n’y avait dans cette ville aucune concentration de troupes ni même d’usines stratégiques, ce sont donc eux qui exigent que la Russie soit condamnée parce qu’elle bombarde des positions stratégiques à Alep !  L’Allemagne, la France (toujours complaisante) et les Etats-Unis (génocideurs des Amérindiens, soit dit en passant) veulent que la Russie soit mise au banc des accusés. Ce serait risible si ce n’était d’une répugnante hypocrisie.
    Autre exemple d’hypocrisie élevée au rang de vertu.
    La presse bien-pensante s’indigne parce que des ouvriers nord-coréens ont été délégués en Pologne pour travailler dans les chantiers navals. Ces hommes sont payés en Corée du nord par la société qui les a loués euorpe et ététs-unis, euorpe et démocratie, presse et médfiasaux Polonais, ils ne bénéficient pas de la sécurité sociale polonaise et demeurent en Pologne près de trois ans, logés dans des hôtels d’où ils ne sortent guère. Esclavage moderne et pas sympa pour un sou. Leurs prestations vont rapporter des devises à la Corée du nord. Ce que les journalistes indignés oublient, c’est que la si démocratique Corée du sud fit de même en 1965 en « louant » à l’Allemagne fédérale vingt mille ouvriers pour les chantiers de Brême ou les usines automobiles. C’est la société Hyundai qui était la contrepartie coréenne du contrat. Oublié tout cela !
    Aux Etats-Unis, le clan de Bill Clinton, sans doute avec Kennedy le plus érotomane des présidents étasuniens, noie Monsieur Trump sous une trombe d’accusations de harcèlement sexuel sans apporter la moindre preuve. La défense étant la meilleure des attaques, autant  y aller franco. Les coups sous la ceinture pleuvant, madame Clinton a un avantage certain ; elle n’en a pas !
    Et nous ne mentionnerons pas les étranges propos privés d’un curieux président Hollande qui sont le contraire de ce qu’il  affirme dans ses discours publics. Venant de lui, cela ne surprend personne.
    Il faudrait que l’on cesse de nous inculquer une « ‘histoire sainte ». Les hommes sont ainsi faits qu’ils  succombent plus facilement au mal qu’à la vertu qui exige des efforts et de l’abnégation. Quand l’Histoire n’est plus qu’une historiette, elle devient  propagande, slogan, mot d’ordre, mensonge et nous prend pour des demeurés qui ne savent ni ne veulent savoir.
    Ce  qui n’est pas nouveau, ni l’apanage de Pyongyang,  à vrai dire, maigre consolation, c’est le comportement le mieux réparti chez les hommes.
    L’homme est quelque chose qui doit être dépassé !

  • Shoatisme

    Afficher l'image d'origine

    L’oeil (Magritte)

     

    L’éditorial de Jérôme Bourbon dans Rivarol cette semaine est le plus lucide, courageux et prophétique texte politique écrit depuis des années. Tout y passe : la décadence de l’Occident, la démographie catastrophique, la perte et l’inversion des valeurs, la démission de l’Eglise catholique et la dictature du shoatisme. Si vous ne l’avez déjà fait, courez acheter Rivarol et, tant qu’à faire, accomplissez ce geste militant chaque semaine.
    Jérôme Bourbon ne mâche pas ses mots : il plane au-dessus de nos têtes courbées vers ce maître implacable qui nous assujettit nuit et jour à son dogme : la shoah ! Croyance métaphysique, de caractère infaillible et obligatoire, dont toute contestation est sanctionnée des peines les plus lourdes. Religion de la vengeance, du ressentiment et de la haine. Culte des pèlerinages (Auschwitz et autres lieux sacrés), des reliques (chaussures, perruques, uniformes …), avec ses clercs (les lobbys ad hoc), ses grand-prêtres (Elie Wisel etconsorts), son Vatican (Yad-Vashem) et ses fidèles obligés (vous, moi, vos copains, l’épicier arabe et le grand noir basketteur …). Nous tous, sans exception. Ne vous avisez pas de faire l’indifférent, vous serez rattrapé par vos professeurs qui vous en parleront de la shoah, et, puis vous emmèneront visiter la Pologne, ne vous réfugiez pas auprès du poste, il n’y en a que pour ça, chaque semaines, un peu sur toutes les chaînes, c’est à qui en remettra une couche sur les camps, les chambres à g …, les wagons à bestiaux, les SS, les kapos, Nacht und Nebel und so weiter …
    C’est beau non ? Ces procès, soixante-dix ans après, qui voient des vieillards grabataires apportés sur civière devant des juges implacables. Ils se rappellent de rien, c’était il y a longtemps : vingt-cinq ans de taule ! Pas d’oubli, pas de pardon, la shoah est un dieu vengeur ! Et ces écrivains et journalistes traînés devant les tribunaux pour avoir osé dire, écrire et même murmurer que certains points de détail de l’épique épopée étaient, peut-être, légèrement tronqués, un brin exagérés, sujets à caution, pas fiables historiquement … horreur et putréfaction ! Les juges et vite, et les cellules d’isolement …
    Un dieu plus indulgent quand ses zélés fidèles, en son nom, massacrent des gosses, bombardent des hôpitaux et rasent les campagnes comme ils le font à Gaza. Un dieu jaloux qui veut qu’on ne parle que de lui, que tout se ramène à sa personne, sa vie, ses pompes, ses œuvres. Et que soient brûlés sur l’autel des sacrifices les sceptiques, hérétiques, apostats, mécréants, blasphémateurs, relaps, sacrilèges e tutti quanti …
    Vous savez, chers amis, que les dieux de pierre ne résistent pas au temps, que les plus formidable statues supposées sacrées subissent, elles aussi, l’outrage des ans et que celui des faussaires est toujours compté.
    Encore un peu de patience, à la nuit succède la lumière et l’espérance est une vertu qui est nôtre. Après tout, que valent ces élucubrations haineuses face à notre calme conviction que tout un jour sera replacé là où il faut, à la place qui est sienne, et que s’écrouleront dans un grand fracas et tohu-bohu les élucubrations des uns et les mensonges des autres.