Compteur de visite

L'obsession antisémite de BHL

Photo:  capture d'écran de l'émission On n'est pas couché

 

Bernard-Henri Levy est le philosophe à la mode depuis quelques temps. A défaut de grives, on mange des merles, en l’occurrence un personnage de théâtre, narcissique à souhait, doué d’une culture incertaine, d’idées toutes faites et de ressentiments à profusion. Cheveux implantés au vent mauvais qu’entrouvre une chemise d’un blanc immaculé. Et puis, est-il philosophe ? Ce dernier est censé pondre des concepts comme celui de la caverne chez Platon ou la volonté de puissance de Nietzsche, le dasein de Heidegger, l’élan vital de Bergson etc … pour BHL (c’est la rançon de la célébrité que d’être appelé par ses initiales) le seul concept qu’il ait forgé est celui d’islamo-fasciste. Nous en eussions fait autant. Le bonhomme ne manque pas d’air. N’a-t-il pas déclaré il y a deux ou trois ans qu’il était temps de réécrire le Coran et qu’un juif dans son genre ferait parfaitement l’affaire. Il a tout fait pour que Sarkozy y aille de sa guéguerre en Libye avec le résultat que l’on connaît : l’implantation terroriste islamiste dans ce pays. BHL paradait dans le pays, accompagné de jeunes soldats, Kalach au bras, qui faisaient semblant d’assurer sa protection. Quelques semaines plus tard, Kadhafi évincé, il était déclaré persona non grata en Libye. Les vainqueurs n’appréciaient pas les juifs ! Peu importe, BHL est fier de lui. Autant vous dire qu’envers Bachar-El-Assad il est plus qu’haineux. Sur la ligne de l’ex-ministre Fabius (son coreligionnaire), il souhaite, ni plus ni moins, qu’on réserve au président syrien le même sort que celui réservé à Kadhafi. Pour rappel : une sodomisation en règle avant l’abattage même pas rituel. Ce qui, avouez-le, n’est guère gentil envers un régime syrien qui jamais, au grand jamais, n’a persécuté les juifs qui vivent, prospères et en paix sur son territoire. Pour un juif, aujourd’hui, Damas est plus sûr que Tel-Aviv. Mais la reconnaissance n’est pas dans la carte du monde du personnage. BHL, juif d’Afrique du Nord, pratique à merveille l’art de la chutzpah , cette insolence purement hébraïque qui consiste à en remettre une couche telle dans la provocation qu’elle laisse votre interlocuteur béat, pantois et baba. Exemple : au tribunal le fils, assassin de ses parents, qui réclame des juges l’indulgence envers un « pauvre orphelin ». BHL est dans ce registre qui lui permet d’assouvir une autre haine, génétique celle-là et vouée à ce christianisme qu’il exècre. Ce faisant, il reste dans la droite ligne talmudique qui dit et prêche que le peuple élu est le peuple juif et que toutes les nations doivent prêter allégeance à ce peuple de « prêtres et de rois ».
Le Talmud est ce qu’il est, pas vraiment sympa envers tout ce qui n’est pas juif, plutôt raciste, élitiste sûrement et qui divise le monde en deux : les juifs, d’une part, les goyim de l’autre. Ces derniers, s’ils suivent les juifs peuvent espérer un strapontin le jour où viendra le Messie, le vrai. Cela s’appelle « noachisme », le respect de quelques règles essentielles du genre : tu ne tueras pas, voleras encore moins et ne tromperas pas ta femme, compris ? En quelque sorte dire aux gosses : soyez sages, papa et maman, à la synagogue, s’occupent de choses sérieuses.
Et puis, notre homme s’y entend à merveille pour jouer de la corde antisémite. Un virtuose. L’autre soir chez Ruquier il y est allé de son numéro habituel. Si Laurent Fabius n’est pas devenu président de la république française c’est parce qu’il est juif et que les Français, indécrottables et nostalgiques antisémites ne veulent pas « d’un roi juif », comme les Britanniques n’ont pas voulu de Disraeli *. Quant à Dominique Strauss-Kahn, dont tout le monde connaît les excès du personnage, notamment à New-York, même topo. Lui aussi est victime d’une « longue tradition de notre antisémitisme national ».
Faire de l’accusé une victime, c’est un vieux truc d’avocat, il y a des jours où ça marche, d’autre pas, mais arrive un temps où le plus pointilleux des antiracistes est pris de court. Trop c’est trop, cela ne passe plus, décidément la chutzpah est par trop indigeste.
Mais BHL n’est pas soluble dans du bicarbonate de soude.
Il faut plus …

Ungern

Les commentaires sont fermés.