Compteur de visite

Julius Evola et la tradition

 

 

Dominique Venner, l’historien, est formel : l’opposé de la tradition, ce n’est pas la modernité mais le nihilisme.
Le nihilisme, est la dévaluation des valeurs, ce qu’a souligné parfaitement un Nietzsche. Mais qu’est-ce que la tradition ? Ce n’est pas le concept  défini comme « un ensemble de pratiques sociales inculquant certaines normes comportementales impliquant une continuité avec un passé réel ou imaginaire ».  Venner la compare à un motif musical, un thème guidant, qui fournit une cohérence et une direction aux divers mouvements de la vie.
Mais, la tradition est-elle la « tradition éternelle » , la « Tradition » avec un grand « T », chère à Guénon, ou une tradition a centrage ethnique, en l’occurrence et pour ce qui nous concerne, un héritage européen. Serait-elle quelque chose de similaire au concept d’ethnicité, c’est-à-dire un « ensemble de normes et de significations tacites qui se sont développées à partir de la lutte pour la survie d’un peuple ». En-dehors du contexte spécifique de cette lutte, il n’y a pas de tradition ...

Nous sommes poursuivis par des groupes de pression à la solde de lobbys communautaires, nous ne sommes pourtant pas des terroristes qui posent des bombes ou tirent sur des innocents. Seulement voilà, il est plus facile (et autrement plus lâche) de s'en prendre à des types dans notre genre que de poursuivre des djihadistes armés jusqu'aux dents.
Pour ne pas compromettre Skynet, nous avons changé de serveur, rejoignez-nous sur :

https://skanderbergblog.wordpress.com

CIBLE.jpg

 

Les commentaires sont fermés.