Compteur de visite

Mon village du Lubéron et les Zoulous

Oui, je sais, les Zoulous ne sont pas des nègres noirs du Soudan, d'Erythrée ou du Kamtchatka ... pas me prendre pour un imbécile quand même ...
Depuis la rédaction de cet articulet, huit garçons s'en sont déjà allés sans rien dire et pas même "merci". Peut-être qu'il faisait trop chaud ...

europe et migrants, grand remplacement, france et migrants, islam et migrants

 

 

 

 

Grambois est une très charmante commune située dans le Lubéron, versant chic, très chic même du Vaucluse.  Village emblématique de la Provence heureuse, il est « fleuri », ses rues sont en calades comme disent les gens du cru (1.200), calme, propre et pas trop touristique la saison passée. Il n’a fait de mal à personne et séduit des gens aisés,  Anglais, Belges ou Américains qui y ont acheté de luxueuses propriétés pour le plus grand profit des habitants.
Soixante-dix migrants vont s’y installer ! Le préfet a parlé de Syriens. Il n’y en a pas un seul, tous sont des Africains venus du Soudan, du Cameroun, d'Erythrée ou allez-vous en savoir d’où avec ces gens-là ! Soixante-dix sur mille deux cents habitants cela fait presque six pour cent. Eh bien c’est trop, d’autant qu’il y va d’immigrés clandestins, donc de coupables d’un délit sanctionné par les lois françaises. Au lieu de mettre ces gens en prison, on les envoie en vacances là où Josette et Marcel ne peuvent se payer un séjour, même en chambre d’hôtes. Quand on aime on ne compte pas, me direz-vous.
Eh bien, nous on aime que les choses soient claires et nettes. Des types qui viennent du Nigéria, du Cameroun ou du Soudan n’ont rien à faire chez nous et encore moins dans un village tranquille de la campagne provençale.  Ce sont des migrants économiques, des types qui viennent piquer ici ce qu’ils ne peuvent piquer chez eux.
Que voulez-vous qu’on en fasse ? La seule solution raisonnable est de les renvoyer chez eux et manu militari s’il le faut. Pour ce faire, il faut autre chose que les procédures lentes, couteuses et labyrinthiques qui sont en vigueur. Il faut sur le champ mettre ses gens  dans des avions ou des cargos et vogue la galère.
Une société incapable de se défendre, une société qui n’a pas de principes sinon celui de la détestation de soi est une société agonisante.
Mais toute agonie est précédée de convulsions, c’est ce qui se passe de nos jours et se traduit par des tensions qui s’exacerbent. Les gens ont le droit de vivre chez eux comme bon leur semble pourvu que l’ordre public qui, bien compris, est celui d’un « bon père de famille ». soit préservé et il n’a pas à être remis en cause au nom d’idéologie diverses qu’impose avec morgue et totalitarisme un gouvernement déjanté.
Si vous voulez que dans dix ans, la classe  primaire de Grambois ressemble à la photo ci-dessus, laissez ces déracinés proliférer. Pour ce faire, ils ont les dispositions requises !
La guerre civile qui vient a encore fait un pas !

* La photo dont question est celle d'une classe élémentaire en Suède. La grande blonde à gauche est suédoise, la petite au centre aussi ...

Les commentaires sont fermés.