L'Europe et les Syldaves rebelles

Vous êtes un malade qui déverse son trop-plein de haine dans des écrits fielleux qu'anime votre ressentiment pathologique !
...
Pourriez me répondre !
...
Vous, le mot "tolérance", vous ne savez même pas de quoi il y  va ...
Si !
Quoi ?
La noblesse du vainqueur !
LEONIDAS.jpg

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Syldavie"

La Moldavie, (ne pas confondre avec la Syldavie) vous connaissez ? Petit Etat coincé entre la Roumanie et l’Ukraine, pas loin d’Odessa. Trois millions d’habitants qui parlent  roumain.  Superficie égale à celle de la Belgique.  Pauvre pays, si on le compare aux critères occidentaux, mais fier. Il vient d’élire un président qui ne se considère pas comme un obligé de Bruxelles malgré un traité qui permet plus ou moins la circulation des biens entre l’Europe et la Moldavie. Pas grand-chose. Il est même carrément pro-russe et estime que la Crimée est russe et qu’il n’y a pas à revenir là-dessus. Curieux, non ? L’Europe considérait la Moldavie comme un parfait élève, eh bien, ce dernier ne se révèle pas être un brave toutou bien soumis …
La Bulgarie (ne pas confondre avec la Bordurie) ensuite, capitale Sofia, trois fois plus étendue que la Moldavie, vient aussi de se choisir un président qui sympathise avec les Russes. Pas un illuminé, non, simplement un type qui veut avoir de bonnes relations avec Bruxelles et Moscou et pense, lui aussi, que la Crimée est russe. La Bulgarie, elle, est membre de l’Union, mais pas(encore) dans l’espace Schengen. C’est déstabilisant pour les technocrates européistes que cette sympathie russe du président bulgare, la Bulgarie a droit de vote et peut bloquer toute résolution méchante envers Moscou.
Mais, dans le fond, pourquoi ce retournement subi  envers l’Europe et Moscou, venant de pays qui se sont parfois montrés carrément enthousiastes à l’idée européenne ?
Tout simplement parce qu’aujourd’hui ils voient clair dans le jeu des excellences bruxelloises. Ils ne croient plus que la politique monétaire et commerciale européenne servira leurs intérêts, ils savent désormais, et l’exemple grec le prouve, que tout se paie très cher et même cruellement dans les rues d’Athènes et de Salonique. Ils ne font pas confiance à la politique étrangère européenne qui sert avant tout celle des Etats-Unis, ses multinationales  et son bras armé, l’Otan. Ils ne veulent  pas être pion dans ce jeu.  Ils ont vu comment l’Europe, pareille à une catin obscène, se laisse déborder par des migrants afro-asiates et eux, ce n’est pas leur tasse de thé et les diatribes de madame la chancelière n’y changeront rien. Ce sont encore des peuples dignes qui savent ce que le mot « indépendance » signifie. Et puis ce sont des slaves et des orthodoxes. Cela compte et traduit une fraternité de croyance et de sang qui vaut tous les traités du monde.
Entre les sophismes proférés par quelques crevures bruxelloises et reprises en écho par des zombies formatés à Paris et Berlin, eux reviennent à du concret, du solide, du vrai : famille, patrie et travail !
Et last but not least, il y a lesexemples de  la Grande-Bretagne qui  vit désormais sa vie et les Etats-Unis qui élisent un type qui pense d’abord à ses gens plutôt qu’à matérialiser des théories fumeuses issues de l’esprit déjanté de quelques pédés germanopratins.
L’espoir est à l’Est, braves gens, à l’Est !

La France depuis 1789 est gouvernée par des psychopathes. (Maurice Dantec)

Les commentaires sont fermés.