Compteur de visite

Irma lave plus blanc

OURAGAN.jpg

Ouragans, tremblement de terre, fuite, panique, victimes et désordres. Les journaleux ont de quoi gloser et se mettre en avant, les ministres aussi, les désœuvrés de tous les bord y vont de leur larmoiements et puis la vie reprendra son cours plan-plan, après tout une péripétie est ce qui fait un (petit) tour et puis s’en va, un peu comme les madames du même nom.
Vous vous imaginiez que ces îles qui fleurent bon leur noms enchanteurs étaient des paradis fleuris et moelleux, vous vous trompiez. Cocon fiscal et plus pour quelques milliardaires, elles sont des confettis d’Empire à charge de leur métropole et peuplées d’une population bigarrée, assistée et en pleine expansion démographique.
L’ouragan a une forte connotation symbolique, c’est un vent cathartique qui balaie ce qui fut pour préparer ce qui se fera. Les cieux, outrés par le spectacle que donnent les hommes, se mettent en colère et leur souffle efface l’affront des mortels. Le mal ainsi écarté, reste la terre vierge qui reprend force et vigueur et donne naissance à une création régénérée dont l’homme épargné est le témoin émerveillé.
Il faudrait, toujours sur le plan symbolique, qu’un ouragan type Irma s’abatte sur nos édiles corrompues ici en Europe et les balaie une fois pour toute de la scène politique et même de la scène tout court. Ne le pensez-vous pas ? Et que dans la foulée il emporte tous ceux qui de loin ou de près collaborent à leur entreprise létale. Une purge bienvenue qui désintoxique et régénère l’organisme.
Irma, quand on y pense, c’est un de ces signes qui rappelle aux hommes que la nature est maîtresse du jeu et que s’il lui prend l’envie de s’énerver, elle y va et pas de main morte.
Mais ne vous faites pas trop d’illusions, braves gens. Les hôtels de luxe seront reconstruits et même en plus toc et bling-bling. Les comptes confidentiels dans des banques qui le sont encore plus, ne souffrent pas des caprices de notre mère Nature et les yachts sont assurés.
Quant aux pauvres gens qui ont perdu leur toit de tôle, ils en recevront un autre et quelques pépites pour faire passer la pilule.
Prions qu’une Irma particulièrement irritée pulvérise ceux qui à Paris, Bruxelles et Berlin nous dénaturent. Que soient balayés du paysage l’architecture euro-staliniste d’une place Schumann, ce parlement croupion de Strasbourg, cette Cour surréaliste à Luxembourg et que les peuples sortent enfin de leur torpeur et prennent, chacun de leur côté, leur destin en main.
Emportés par le vent, l’euro falsificateur, les députés inutiles, les fonctionnaires gavés, ces commissaires corrompus, édiles dictatoriales et autres élus fats et nocifs.
Après Irma, deux ouragans, José et sa petite amie Katia, montrent le bout de leur minois.
Et s’ils venaient faire un tour ici ?

LOUP 1

Les commentaires sont fermés.