Compteur de visite

« Macron μακριά », Macron dégage !

macron en grèce, macron et l'europe, macron en france, macron et immigration, europe et démocratie,

Monsieur Macron est donc allé s’exhiber sous l’ Acropole pour y prononcer un discours. Certains ne se sont pas privés de parler d’une ruine à côté du temple d’Athena, et ce n’était pas de madame Macron qu’il y allait. Les journaleux français qui sont des putes y sont allés de leur flagorneries nauséeuses, mais à part quelques gogos ils n’ont trompé personne.
L’accueil pour commencer : loin d’être chaleureux, les manifestants grecs contre la politique d’austérité accueillaient le président français aux cris de  « Macron μακριά », littéralement « Macron dégage », quant à leurs édiles, elles étaient conspuées pareil, le traître Tsipras en tout premier lieu.
Le discours du président ensuite : avant lui un seul Français avait eu l’honneur de s’adresser aux Grecs depuis le Parthénon, c’était André Malraux, ministre du Général De Gaulle. Ce monsieur savait parler, connaissait le français et la civilisation qui va avec. Nous avons eu droit avec Macron aux banalités d’un chef scout qui essaie avec des mots creux d’exalter la jeunesse et l’exhorte à rebâtir une Europe décatie.
Il se plaint que le citoyen en Europe ne fasse plus confiance à ce grand et sublime projet. Il oublie, le jeunot, que le citoyen qui voit débarquer des sauvages de partout qu’il doit de force entretenir ne peut avoir que mépris pour des dirigeants de cette trempe. Il voit la délocalisation des usines, le chômage qui perdure quand il ne monte pas, il constate que des travailleurs étrangers volent son travail grâce à un dumping social imposé, il n’attend plus rien de cette Europe de technocrates froids, distants et donneurs de leçon.
Quant à Macron, le charme est rompu. Il ne reste de ce garçon que son ego hypertrophié, ses insupportables attitudes monarchiques, sa suffisance hautaine et sa morgue condescendante. N’a-t-il pas proposé aux propriétaires de logements pour étudiants de prendre à leur charge les cinq euros
d’aide au logement dont les prive son gouvernement ? Et il l’a fait comme si cela allait de soi, comme une « corvée » que jadis le manant devait à son suzerain et maître.
Qua
nt à l’engouement des Grecs pour madame Macron, seuls les journaleux français l’ont remarqué qui en font leurs choux gras. Parlons plutôt de surprise à la vue de cette géronte fardée au bras d’un ado retardé. Et sourires entendus. Les Grecs ne font pas toujours dans la dentelles et appellent un chat un chat et, longue histoire oblige, savent sous son maquillage savant, reconnaître l’inverti qui s’y cache.
Des observateurs futés ont démasqué le personnage, comme ce monsieur Chris Beckerton, professeur à Cambridge et analyste distingué de la politique française. Pour lui, Emmanuel Macron est une bulle qui a fait pshiiit et qui nonobstant s’obstine dans ses erreurs : voilà un autre président qui échouera, conclut-il après avoir dénonce l’ego démesuré de notre monarque. Pour en savoir plus, allez sur le site de BFM http://www.bfmtv.com/politique/president-rate-ego-demesure-l-edito-du-new-york-times-qui-assassine-macron-1252112.html
Il fut un temps où nous av
ions, en France comme en Europe, des hommes, on les aimait ou pas, peu importe, des hommes qui étaient cultivés, savaient réfléchir, prendre des risques et aimaient leur pays.
Aujourd’hui,
rien que des Golem dépersonnalisés qui sont tout et rien à la fois.
Mais dans cette étrange combinaison, retenez ceci : face au tout, le rien l’emporte.
Ivresse du vide !

LOUP 1

Les commentaires sont fermés.