Compteur de visite

Irma balaie la France

La France du donneur de leçon Emmanuel Macron a été balayée à Saint Martin (partie française) en moins de vingt-quatre heures. Mieux qu’en 40 !
Du côté néerlandais, depuis une semaine déjà des forces d’intervention armées étaient arrivées des Pays-Bas, une plan d’urgence mis sur place, une organisation pensée et appliquée sans délai. Cheez les Français, rien de pareil, ainsi trois cents militaires du RIAM basés sur la Guadeloupe n’ont pas été transportés sur Saint Barth et Saint Martin. Pourquoi voir attendu le passage de l’ouragan pour constater que, oui, ce dernier avait fait des dégâts et que les pilleurs étaient incontrôlables ? Et que penser des consignes hallucinantes données par des gendarmes aux habitants sinistrés, lisez :
Les gendarmes « nous ont dit ‘Ecoutez, on n’arrive même pas à communiquer entre nous, on est complètement débordés, tous les véhicules sont au garage, on n’a pas le matos qu’il faut » rapporte Victor Doublet. Alors pour repousser les pilleurs, lui et ses voisins se sont organisés, seuls, et ont créé « une milice de garde ». « On a vingt personnes à l’entrée, on a des armes. » Des armes dont il n’hésite pas à faire usage : « On a tiré toute la nuit sur les pilleurs ». Une scène invraisemblable dont l’habitant impute la responsabilité aux forces de l’ordre elles-mêmes. « Ils sont passés, ils nous ont dit ‘défendez-vous comme vous pouvez. Pendant une semaine vous êtes tout seuls, j’espère que vous avez des armes, tirez-leur dessus. On n’a pas le droit de sortir alors si vous avez des cocktails Molotov, lancez-les, lancez-les sur eux. »  http://www.lci.fr/societe/les-gendarmes-nous-ont-dit-defendez-vous-comme-vous-pouvez-face-au-pillage-des-habitants-de-saint-martin-prennent-les-armes-2063908.html
Scènes particulièrement insoutenables à l’aéroport de Saint Martin quand un « officiel » français annonce aux femmes et enfants venus s’y réfugier qu’ils ne pourront pas prendre un avion pour la Guadeloupe et qu’ils devront rentrer chez eux (ils sont sinistrés!) se mettre à l’abri de l’ouragan José qui arrive et tant pis s’il y a des pilleurs armés entre autres de machettes qui pullulent dans les rues !

Rien de pareil côté néerlandais où des gendarmes imposent et font respecter un couvre-feu à 17 heures et patrouillent en nombre.
Bien sûr nos médias n’ont pu passer outre les béances coupables de l’administration française, elles n’ont pu occulter ces scènes de désespoir, de pillage, de violence, de racisme anti-blanc, mais elles sont passés dessus en vitesse nous assurant, nous métropolitains bien au chaud, que la « situation est en main » et patati et patata.
Avant de faire la leçon aux Européens, avant de traiter ceux qui le critiquent de fainéants, de cyniques et d’extrêmes, le jeunot qui s’y croit devrait ouvrir les yeux et les avoir en face des trous.
Rien ne va plus, il y a quelque chose de pourri et ce ne peut-être que son indécrottable arrogance d’enfant gâté dont le jouet a des ratés.
En attendant, ce sont toujours les mêmes qui trinquent, souvent ceux qui aveuglés par son bluff et sa morgue lui ont accordé leur confiance.
LOUP 1

Les commentaires sont fermés.