Compteur de visite

L'éthylisme européiste de Jean-Claude Junker

JUNKER.jpg

Il y a une semaine, Jean-Claude Junker, a tenu devant le Parlement européen une espèce de « discours sur l’État de l’Union » consacrant le mimétisme de Bruxelles face aux États-Unis d’Amérique. Junker,dont tout le monde connaît le fanatisme européiste, oublie que les États-Unis ne sont en rien comparables à l’Union Européenne. Les États américains sont soucieux de leur autonomie dans un ensemble de matière parfois sensibles et le Sénat de Washington n’est pas la Commission européenne de Bruxelles, les sénateurs sont élus, eux, Junker ne l’est pas. Le Parlement européen, qui de facto ne sert à rien, n’est pas la Chambre des représentants de Washington etc. Et puis, les Européens ne sont pas des Texans, des Californiens ou des cow-boys de l’Idaho, l’Europe, ce sont de vieilles nations civilisées qui ont leur prestigieuse histoire et un passé que l’on n’efface pas d’un coup de gomme comme le voudrait notre petit Luxembourgeois éthylique.
Que Junker soit européiste, on peut le comprendre, il est issu d’un pays d’opérette possession des banques et de fraudeurs de tout poil, raison de plus de se méfier de ce type louche à la mauvaise réputation.
Il a déclaré vouloir ouvrir l’Europe a des pays comme l’Albanie, le Monténégro, la Serbie, le Kosovo …
L’Albanie, comme le Kosovo, est un repaire de mafieux, un gîte pour islamistes (c’est une pays musulman à 80 %), un gouffre pour l’aide au développement qui sert surtout à corrompre les politiciens locaux qui boivent un coup avec Junker quand ils sont de passage à Bruxelles. Les autres pays valent à peine mieux, ils veulent rentrer dans l’Union, eux, et attendent, paumes ouvertes, la manne financière de Bruxelles, ils sont enthousiastes à l’idée de faire partie de la grande famille bruxelloise, comme on les comprend ! Après, il songe, notre homme, à mettre le grappin sur la Moldavie et signer des traités avec des pays extra-européens, comme ceux d’Amérique du Sud, histoire de favoriser leurs exportations de produits agricoles. Nos agriculteurs apprécieront. Junker ne veut pas entendre parler de protection des frontières intérieures de l’Union, cela lui cause un insoutenable prurit. Le monde entier peut donc soumissionner et concurrencer nos producteurs et industriels locaux.
Et puis Junker déteste par dessus tout que l’on demande son avis au peuple. Ce type est un autocrate marshmallow saveur whisky. Il ne veut pas savoir que les peuples d’Europe n’en ont rien à cirer de ses délires mondialistes et ceux de ses obligés bruxellois. Ils veulent vivre une vie sans histoire, en toute sécurité, manger qui leur choucroute, qui leur pâtes carbonara et le vin mexicain ou les carottes péruviennes, ils ne s’en soucient pas.
Sur les migrants, Junker ne dit rien sinon qu’il faut qu’ils passent (!) mais dans par « voies légales ». Vous comprenez ? Nous pas !
Il faut en finir avec l’Europe de Bruxelles, casser cette commission totalitaire dirigée par des déjantés, jeter ces institutions obsolètes en rupture totale avec ces peuples qu’elles sont censées servir et revenir à nos fondamentaux : l’identité nationale dans un cadre pan-européen.
Pas assez corsé pour notre Luxembourgeois …

LOUP 1

Les commentaires sont fermés.