Compteur de visite

Marlène Schiappa; ministre, pornographe et orgasmique

SCHIAPPA.png

Dans la vie il faut choisir. Actrice porno (l’oxymore par excellence), ministre, écrivain, pédéraste, imam, chômeur, dealer ou président de la raie publique. Ne pas courir deux lièvres à la fois, c’est comme servir deux maîtres, on fait rien de bon.
Ce préambule pour introduire (!) madame Marlène Schiappa, ministricule de quelque chose dans le gouvernement Philippe et qui s’est fait remarquer à plus d’un titre depuis qu’elle a déclaré doctement au bout de son 90D : le voile à l’école est acceptable contrairement à la messe sur la télévision publique.
Voilà qu’on apprend que cette madame qui a écrit des opus distingués comme : Osez les sexfriends, Osez réussir votre divorce, Osez l’amour des rondes, est aussi un auteur porno sous le pseudo de Marie Minelli.

Le ministère de la madame dément, mais les faits étant têtus, on apprend que Marlène Schiappa a déclaré à maintes reprises que sous un pseudo elle écrivait de la fiction.
Voici un exemple de sa prose (source L’Express), tiré de son œuvre maîtresse, Sexe, mensonges et banlieues chaudes :
Je réitère plus fort: "Bouffe-moi la chatte, Amaury!"
- Il s'exécute, ajoutant de la vigueur à ses mouvements de tête. Ses cheveux me chatouillent délicieusement le ventre, et comme il lèche un côté de mon sexe, je lui lance:  "Applique-toi, bordel! Au centre ! Sans déborder!"
- Il lève un oeil interrogateur, puis fait, la bouche pleine: "Oui, Maîtresse."
Jouissez, comme on dit en anglais.

N’ayant pas pénétré les méandres de cette madame, nous nous abstiendrons de porter un jugement. Après tout, il doit y avoir des gens qui aiment cette prose. Nous sommes curieux, cependant, de connaître ses tirages, mais sans plus.
Il fut un temps où un André Malraux était ministre, où Denis Tintillac avait ses entrées chez Jacques Chirac. Pour monsieur Macron qui ne sait ce qu’est la culture en général et la française en particulier, avoir une pornographe à ses côtés ne doit pas le déranger. Il est vrai que monsieur Macron est un étrange (queer en anglais) président.
Le désenchantement des Français se manifeste très tôt (il n’a été élu que par quinze pour cent du corps électoral), en quatre mois il a perdu trente points dans les sondages. Trente pour cent des Français lui font confiance aujourd’hui. C’est bas pour un petit nouveau. Il faut dire que le festival d’incompétence et de malhonnêteté dans lequel baigne son gouvernement n’est pas fait pour attiser la sympathie. On apprend dans la foulée que les promesses les plus généreuses ne seront tenues qu’en fin de mandat, que les temps sont durs et qu’il va falloir payer plus que prévu etc.
Alors, comme il ne faut plus rigoler, autant s’entourer de gens sérieux, non ? Et débarquer la pouffiasse qui jauge les gens à la hauteur de sa libido et veut son orgasme en osmose avec le programme gouvernemental.
Son point G et ses audacieux sextoys, qu’elle se mette cela en tête ou entre les fesses, ne nous intéressent absolument pas.
Quo usque tandem abutere patientia nostra ?

LOUP5.jpg

 

 

 

 

Mon roman, « Le Sceau de Freyja » publié par The Book Edition  sous le pseudonyme de Démius Mésilane est en vente à www.thebookedition.com.
312 pages, 650 grammes, 13 euros (plus frais d’envoi)

FREYA 3

Les commentaires sont fermés.