Compteur de visite

Un Front contre Philippot !

MARION MARECHAL LE PEN.jpg

 

Florian Philippot est dehors. Ouf ! Finies ces luttes internes larvées, ces non-dits, apartés, remises en cause et autres digressions sur l’euro, l’Europe et le taux de sel dans les cacahuètes.
Le Front national est nationaliste ce qui signifie que l’accent est mis sur la nation, son identité, son futur et sa place dans le concert des nations.
Ce qui est très simple dans sa complexité. La France n’est plus ce qu’elle était, ni ce qu’elle devrait être. Elle est sous le joug des directives de la Commission de Bruxelles, elle n’a pas de politique étrangère propre, elle n’est plus maître de sa monnaie, bref, la France est dans une position comparable à celle d’un État des États-Unis, moins même, ce dernier ayant plus d’autonomie. Mais passons.
Philippot c’est le chantre de la « dédiabolisation » du FN. Que diable reproche-t-il donc au courant historique de ce parti ? La personnalité de Jean-Marie Le Pen ? Le premier a avoir dénoncé, avec le talent qu’on lui connaît, l’immigration crapuleuse qui colonise notre pays et qui titilla, parfois avec insolence, certains tabous présentés comme des « détails » etc. L’Histoire qui trie entre les vrais et les faux détails, remettra tout cela à sa juste place, faites-lui confiance.
Philippot parti avec deux ou trois de ses comparses, le combat reprend avec force et vigueur et, espérons-le dans un esprit revenu à ses origines : centré sur la lutte contre l’immigration et l’européisme débridé.
Mais ce n’est pas assez. Il importe qu’une doctrine solide et cohérente conforte la colonne vertébrale de ce parti.
L’avenir qui ne peut être que le nôtre et son salut, c’est le retour de la souveraineté nationale confisquée par Bruxelles et un projet « alter-européen » car la sagesse et l’Histoire (toujours elle) nous enseignent que la coopération des nations de notre continent est un gage de succès et de grandeur.
Pour ce faire, il faut en finir avec l’héritage pourri de cette révolution parisienne, dite française, de 1789 qui, relativisant toutes nos valeurs, stigmatisant la religion et lui substituant le concept vaseux appelé « laïcité » a vidé notre pays de sa vitalité.
Sur ces fondamentaux, simples, logiques et parfaitement faisables s’opérera la nécessaire résurrection nationale hors de laquelle point de salut !


LOUP5

Les commentaires sont fermés.