Compteur de visite

Weinstein harcelé

WEINSTEIN.jpg

Non mais … il y en a qui découvrent que la mer est salée. Tenez, l’histoire dégueulasse de ce producteur d’ Hollywood, Harvey Weinstein ( et pas « Vinstin », comme le prononcent nos présentatrices TV formatées!) ; ce gros porc casher est accusé par toute une kyrielle d’actrices de n’être qu’un crapuleux harceleur les convoquant dans ses suites luxueuses pour ensuite leur faire des propositions malhonnêtes que toutes, of course ! ont refusées. Les actrices pour décrocher des rôles ne couchent pas, c’est connu, jamais elles n’écartent les cuisses, il n’y les putes à faire ces choses, elles pas, c’est leur talent et leur talent seul qui leur vaut le rôle (air connu).
Aujourd’hui c’est la meute, elle s’y mettent toutes. A les entendre Weinstein était un obsédé sexuel, un type dégoûtant qui la faisait au chantage : t’enlève ta culotte et t’as le rôle. A les voir raconter, yeux baisés et posture angélique, on se surprend à les croire ne fut-ce qu’une seconde. C’est que parfois elles ont du talent, les filles !
Si vous vous imaginez qu’au cinéma il suffit pour une fille et un garçon d’avoir du talent pour s’affirmer, c’est que décidément vous êtes bien candide. La loi de la jungle à Hollywood ou ailleurs est toujours la même ; les filles sont prêtes à tout pour avoir le rôle et comme la meilleur arme d’une femme est son corps et ce qu’il inspire au type qu’elle a en face d’elle et dont elle attend quelque chose, eh bien elle y va, ferme les yeux, écarte les jambes et prie le ciel pour que le gros tas qui s’agite sur elle soit un éjaculateur précoce. C’est pas très joli ce que nous écrivons, c’est réaliste et c’est comme ça. Sauf exceptions, bien entendu qui, comme tous nous le savons, confirment la règle. Et ce n’est pas Hollywood qui a inventé la chose, déjà sous l’Antiquité elle était d’actualité, au dix-neuvième siècle actrices et cantatrices constituaient ce bataillon de demi-mondaines, joli mot pour ne pas dire putes.
Les féministes me font m’esbaudir. Si elles s’imaginent changer quoi que ce soit à ce qui précède, c’est que vraiment il leur manque quelques minutes de cuisson. Une fille qui veut devenir riche ne dort pas seule, c’est connu et des intéressées en premier lieu.
Tout ce qui précède n’excuse pas ce monsieur Weinstein, cela va de soi. Il rejoint le lot des obsédés sexuels à la Roman Polanski (qui a drogué, violé et sodomisé une fillette de treize ans et que la France a si généreusement accueilli!) ou, en politique, le si célèbre Strauss-Kahn ou le petit bras Baupin.
Bref, tant qu’il y aura des hommes, il y aura des putains.
Et tant qu’il y aura des putains …
Aux dernières nouvelles, Weinstein soigne son addiction dans une clinique de l’ Arizona.
« To alter favour, ever is to fear » (Shakespeare)

 

LOUP 1

Écrire un commentaire

Optionnel