Compteur de visite

Ploërmel: cachez cette croix que je ne saurai voir

PLOERMEL.jpg

Ploërmel, c’est en Bretagne, vieille terre celte et catholique à la fois. La ville compte neuf mille habitants. Une statue de Jean-Paul II, oeuvre d’un artiste russe orthodoxe, située à l’orée de la forêt (combien mythique et païenne) de Brocéliande, témoigne d’une foi séculaire des habitants.
Enfin pas tous, deux d’entre eux ( 2 !) appuyés par une association laïcarde parisienne, ont porté plainte pour « exposition publique de symbole religieux » ; non pas la personne du Pape, mais la croix qui couronne la statue. Après avoir été débouté par le tribunal administratif qui n’y a rien vu de rédhibitoire, le Conseil d’État, s’il vous plaît, s’est dérangé pour dire à la manière de Salomon que la statue d’un pape ça passe, mais qu’une croix en sus, bonjour les dégâts. Et Ploërmel est priée de l’enlever cette croix sans quoi une astreinte de x milliers d’euros, prélude à la destruction de l’œuvre et patati et patata dans ce jargon juridique que tout un chacun est censé comprendre et digérer !
Mes amis, la laïcité, c’est le prétexte tout trouvé pour arracher les racines chrétiennes de la France (et de l’Europe tant qu’à faire). Ils parlent, les laïcards, de tolérance, de vivre ensemble, mais en fait ils nous imposent une idéologie trouble qui consiste à adorer l’homme et sa raison à la place de Dieu. Nous, nous sommes tolérants, si certains ne sont pas chrétiens ou ne sont rien du tout, c’est leur droit le plus absolu. Mais porter atteinte aux racines religieuses de notre pays et de notre continent, c’est dénaturer un peuple.
Et puis, n’y-a-t-il pas plus grave que ces histoires de Pape polonais, de croix et de laïcité ? Nous sommes en guerre, paraît-il, nos citoyens sont menacés tous les jours et tués, blessés, insultés par les fidèles d’une foi agressive et terrorisante et l’on nous emmerde avec ces broutilles !
On présente comme de « grandes avancées civilisationnelles » le mariage des invertis, la procréation pour autrui et la mère porteuse. Voilà où ils nous mènent, ces grands humanistes : à la marchandisation du corps humain.
La Pologne, pays toujours catholique, a profité de l’occasion pour donner une leçon de bon sens à ces ayatollahs laïques. Sa première ministre a purement et simplement proposé d’accorder l’asile à la statue de son compatriote si le fanatisme laïciste souffre de prurit à sa vue.
C’est ce qui risque d’arriver; l’artiste russe refuse de retirer la croix de son œuvre.
Viendra le jour où nous réclamerons des comptes; et pas question, alors, de se montrer tolérant. La vengeance, même chrétienne, est un plat qui se mange froid.
Et même glacé.

 

LOUP5

Commentaires

  • sur ma commune bretonne on compte plus d'une quinzaine de calvaires anciens qu'ils soient biens communaux ou privés ... il y aurait une révolution de villageois armés de fourches ;-) s'il fallait pour 2 crétins les voir disparaitre de notre environnement ...

Les commentaires sont fermés.