Compteur de visite

Coach de vie et autres escrocs ...

coach de vie, développement personnel, escroqueries sectaires, mouvements sectaires, abus de faiblesse, sectes et psychologie

 

Dimanche soir, émission « Capital » sur M6 consacrée aux dérives de quelques gourous et autres cartomanciennes déjantées. Edifiant et consternant ! Parmi les premiers les coach de vie.
Que les gens soient cons, je le savais, mais à ce point …

Un coach de vie, c’est un type qui vous dit ce que vous devez faire. Jadis quand les choses étaient à l’endroit et les montres à l’heure il y avait l’enseignant, le notable, le curé, le grand-père (la grand-mère) qui vous donnaient sagement et gratos des conseils utiles, fruits de leur expérience. Aujourd’hui ces braves gens sont « out », ringardisés et confinés dans des mouroirs quand ils ne sont pas euthanasiés.
Le coach de vie fait payer sa littérature et ses séminaires où il se présente en wonderman (wonderwoman) dopés aux testostérones (folliculine). Pour lui, toute réussite (matérielle, bien évidemment) n’est qu’une question de vouloir et la recette consiste à écraser les pâquerettes qui se présentent sur la route de ses adeptes. Si vous n’avez pas la voiture de vos rêves, le garage pour l’abriter et la maison somptueuse pour vous loger, c’est que vous n’avez rien fichu de bon et qu’il vous manque cette Rolex au poignet, signe de votre consécration sociale et personnelle.
Et les gogos marchent ! Ils paient 3,000 euros pour s’entendre proférer des slogans creux du style : je l’aurai parce que je le veux et le vaux. Il y en a, les imbéciles, qui ont dépensé près de 50,000 euros de séminaires en séminaires pour se faire enfoncer dans la tête ce genre de mantras.
Le bonheur à les entendre, c’est l’abondance matérielle traduite en argent qui vous confère, voitures, voyages, femmes (gigolos) et gadgets techno.
Permettez-moi, en toute modestie, et sans vous demander un sou de vous dire ce qui suit :
Le bonheur, ce n’est pas un droit ! La vie est dure, elle se termine par la mort et encore heureux que cette dernière vous soit douce. C’est aussi une succession d’événements heureux mais aussi malheureux qui n’épargnent pas les riches et les puissants. Et puis, elles passe vite. La vie, c’est une mode et l’évanescence qui l’accompagne.

Les richesses matérielle ne sont positives que dans la mesure où elle vous apportent un confort de vie auquel vous avez droit. Quand elles deviennent superflues, elle se traduisent par une addiction qui vous rend accroc à leurs artifices, vous êtes subjugués par l’argent et le regard des autres, vous n’êtes plus vous mais ce que les autres veulent que vous soyez. L’argent est une drogue au même titre que l’héroïne.
Le vrai bonheur, c’est être en conformité avec soi-même. Les Grecs disaient « Connais-toi toi-même et tu seras l’égal des dieux ». Et pour ce faire, il n’y a que vous pour choisir quelle voie adopter. C’est simple et très compliqué à la fois.
Et puis, prenez conscience de l’impermanence de toutes choses. Il ne faut pas être zélateur de Bouddha pour se rendre compte que tout passe, les meilleurs comme les pires des moments. Vous êtes heureux un jour et puis, le lendemain, vous voilà dans le malheur. Vous vous imaginez contrer le cours du temps et des choses ; vous vous trompez, vous n’êtes qu’un mortel, une « pauvre âme que soutient un cadavre », comme l’a écrit Malcom Lowry. Savoir que tout passe, c’est être conscient. Etre conscient, c’est vivre debout et libre.
C’est très simple et difficile à la fois, c’est passionnant et gratifiant.
Et puis vous n’êtes pas que sur terre, mécréants que vous êtes, vous avez tous une dimension surnaturelle, un axe vertical qui vous relie au ciel. Le savoir est un signe d’humilité, prélude à une grande joie.
Je vous laisse méditer sur ces paroles ...

 

coach de vie, développement personnel, escroqueries sectaires, mouvements sectaires, abus de faiblesse, sectes et psychologie

Les commentaires sont fermés.