Compteur de visite

Johnny et sa "France moisie"

Résultat de recherche d'images pour "photo johnny croix"

 

Les giga-funérailles de Johnny Hallyday nous mènent à une constatation qui ne plaira pas à tout le monde mais qui s’impose par son évidence. A Paris, sur les Champs-Élysées et le quartier de la Madeleine, un million d’hommes et de femmes se sont massés pour accompagner le chanteur dans son dernier voyage. Or, à l’issue de ce rassemblement, on ne déplore aucun incident. Rien. Pas une vitre cassée, pas la moindre bagarre, pas d’injures (si on excepte les huées réservées au président de la république lors de son discours), pas de casseurs venus clore la manifestation de la manière que l’on sait et la police mieux que nous. Les braves gens, larme à l’œil, se sont dispersés dans le calme et la dignité. Chapeau !
Faut dire qu’ils étaient tous blancs, plus souchien de souche, tu meurs ! La « France moisie » comme titrait je ne sais plus quel dégénéré, la France des petits blancs qui, jeunes rêvaient de l’Amérique, de la 66, de Memphis (Tennessee) et du blues (mais chanté en français, please). Pour ces braves gens, pas très futés il est vrai, c’est un monde qui s’en va. Un monde qui faisait la nique aux rappeurs sauvages qui sévissent sur les ondes et crachent leur haine de la France, des « faces de craie », comme ils nous appellent et hurlent en clair qu’ils égorgeront nos filles et nos compagnes (après les avoir violées, bien entendu, c’est tout ce qu’elles attendent, ces chiennes !). Avec la mort de ce chanteur blanc, ce sont leurs illusions qui s’en vont et un rideau tiré une fois pour toutes. Leur Johnny, ce n’était qu’un train de banlieue, aujourd’hui remisé dans un entrepôt cadenassé.
N’empêche, un million de gens réunis dans l’ordre et la paix, c’est pas mal, c’est une preuve que l’on peut vivre ensemble, pour autant que l’harmonie des couleurs (ou de la gamme) soit respectée. Pas besoin d’écrire de grands traités, de brailler des slogans creux, la réalité est là qui nous prouve que quand on se ressemble on s’assemble en paix.
Il se fait qu’elle est chez elle, cette « France moisie » comme disent certains et qu’elle a des droits, à commencer par celui de l’antériorité. Si ceux qui sont venus après veulent imposer leur bastringue, qu’ils sachent que cela ne durera pas longtemps. Soit il s’adaptent, soit ils s’en vont.
Les pieds à la verticale ou à l’horizontale.
Au choix !

 

Mon roman, « Le Sceau de Freyja » est en vente à The Book Edition www.thebookedition.com.
312 pages, 650 grammes, 13 euros (plus frais d’envoi)

FREYA 3.jpg

Commentaires

  • on pourrait aussi compter tous ceux qui à la télé et comme moi ont participé aux funérailles de ce fédérateur de 4 générations de Français qu'était Johnny Hallyday...
    Un million de télé étaient allumées pour lui...
    Et pourtant il n'était qu'un homme...
    Que Notre Christ crucifié sur la Croix qu'il portait à son cou le garde en son Paradis
    IL nous reste à nous qui l'aimions sa voix comme un message de Paix...
    https://youtu.be/zoVNfyA7tJg
    Merci...

Les commentaires sont fermés.