Compteur de visite

France Gall : dernière déclaration

GALL.jpg

 

C’était l'éternelle petite fille qui ne cassait rien, mais on l'aimait quand même. Elle ne se prenait pas pour une star et nous enchantait d’un filet de voix qui, en direct, sonnait faux ... mais quelle importance ? Elle incarnait ces années de paix où le bon enfant n’était pas encore ringard.
Et la voilà partie et, une fois de plus, le Français moyen, blanc et bonhomme est triste. C’est que tout fout le camp, madame !
Serge Gainsbourg lui avait composé une chanson à double sens : « Annie aime les sucettes », elle n’y compris rien et la chanta en digne péronnelle ou bécassine ...candeur naïve quand tu nous tiens ! Le public, outré, la rejeta. Merci Gainsbourg !
C’est Michel Berger qui la remit en selle. Lui, était un compositeur doué entouré de musiciens de talent. Il est mort trop jeune et elle se tut.
Aujourd’hui, les chanteurs français chantent en anglais ou s’excusent de ne pas le faire. Les rappeurs nous débitent leur logorrhée indigeste et agressive, les rythmes ne le sont pas moins et ceux qui tentent, tant bien que mal, de ressusciter ce qui, naguère, nous donna un Charles Trenet ou Guy Brassens végètent dans l’anonymat.

La politesse, de même, s’en est allée. Qui pratique encore le baise-main ou cède spontanément sa place à une dame enceinte ou un vieux monsieur ? Le voussoiement est suspect, à croire que nous avons tous élevé les cochons de concert.
La hiérarchie, n’en parlons pas. Tous camarades, égaux et idiots, voilà le mot d’ordre.
Il paraît que c’est la vie moderne qui veut ça …

 

LARME.jpg

 

Les commentaires sont fermés.