Compteur de visite

  • Israël : gai, gai marions-nous !

    SCEAU SALOMON.jpg

     

    Imaginez que demain dans notre républicaine France, le mariage ne soit permis qu’à des Français de religion chrétienne. Inimaginable, n’est-ce pas ? Ce serait une violation des droits les plus élémentaires, une intolérable atteinte à la laïcité et blablabla ... Eh bien, des pays qui pratiquent ce genre d’obligation existent.
    L’Arabie saoudite, qui n’admet de mariage qu’entre musulmans et les émirats arabes, entre autres. Mais ce ne sont pas des Etats qui méritent notre démocratique considération. Tout juste des contrées de m … avec lesquels nous n’entretenons que des relations d’intérêts obligés.
    Pourtant, il en est un qui se qualifie de « seule démocratie au Moyen-Orient », c’est Israël, ce sanctuaire qu’il nous est interdit de titiller sans nous attirer aussitôt les foudres de l’anti-racisme primaire et la qualification ignominieuse d’antisémite compulsif.
    Et pourtant, la réalité est là dans sa cruelle exposition.
    Israël se veut « Etat juif ». Sans doute les Israéliens ont-ils d’excellentes raisons pour cela, n’empêche, vous imaginez la France se définir comme « Etat blanc et chrétien » ? Vous entendriez les cris d’orfraies de tous nos démocrates et zélateurs des droits de l’homme.
    Le mariage en Israël, entre Juifs ne peut être que religieux. Et encore ce dernier n’est-il conféré que par des rabbins orthodoxes. La mouvance réformée du judaïsme ne peut y procéder.
    Un Juif ne peut se marier qu’avec un autre Juif. Toute union mixte est interdite. Cela nous rappelle l’Afrique du Sud de l’apartheid, si décriée jadis.
    Mieux, les orthodoxes ne considèrent comme Juif que celui qui peut justifier de quatre grands-parents juifs. Fort de café, non ? Les nazis aussi, jadis en ces « temps nauséabonds », ne qualifiaient d’Aryens que les gens justifiant des mêmes critères. Excusez la comparaison, mais elle est criante.
    Et si un Juif veut épouser un non Juif ?
    Cela se complique carrément: un Juif ne peut épouser une femme musulmane. Une juive, par contre, peut épouser un musulman (un Juif l'est par la mère). Mais curieusement, un mariage entre un Juif, quel que soit son sexe, et un chrétien est interdit.
    Le problème c’est qu’il y a dans cet « Etat juif » des centaines de milliers de gens dont la judéité est suspecte. Les Juifs russes par exemple qui souvent n’ont de juif dans leur famille qu’une vague grand-mère issue d'un cousin de la main gauche. Pour se marier, ils déclarent n’avoir pas de religion, ce qui est reporté sur leur état civil et peuvent contracter un mariage civil. Comme ça ils ne sont pas intégrés dans la « caste » des Juifs « purs ». Vous imaginez en France un état civil avec pareil volet religieux …
    Reste le problème des convertis. Pour les Juifs orthodoxes, un converti n’est pas le bienvenu. Il peut, à titre personnel, être considéré comme Juif, mais pas sa descendance, c’est pourquoi en Israël, les rabbins de cette mouvance refusent de marier un couple dont un des conjoints est converti.
    Bien sûr, pas de mariage pour les homosexuels …
    Pour en savoir plus, consultez le site du journal israélien Haaretz qui, fort courageusement, dénonce ce qui précède.
    Aucun Etat dit démocratique ne relève cet état de fait qui est pour le moins discriminatoire. Et continue à supporter « la seule démocratie au Moyen-Orient ».
    On peut comprendre les sionistes qui ne souhaitent pas de mélange avec les autres. Pourquoi pas ? Nous-mêmes ne sommes pas pour le métissage comme principe incontournable. Mais alors, on prend ses responsabilités et on déclare tout haut, sans vergogne, qu’un Juif  ne se mélange pas avec les Goyim.
    Et on ne se pose pas en parangon de la démocratie et des droits de l’homme.
    N’est-il pas ?

    Image associée