Compteur de visite

Petite histoire de la chute de l'Empire romain

MIGRANTS VIOLENCE.jpg

Barbares ...

 

Au commencement il y avait l’Empire, et puis l’Empire l’est devenu de moins en moins. Ses habitants ont dédaigné le travail manuel préférant ces travaux  qui ne mangent pas de pain. Des esclaves venus d’ailleurs et même de loin exerçaient les tâches qu’ils dédaignaient et engendraient des tas d’enfants que, pour leur part, ils s’efforçaient de ne pas avoir et même d’éliminer.
Les Impériaux avaient une religion, ils l’ont snobée, préférant les cultes exotiques épicés à souhait ou s’affirmant résolument sans dieux quelconques, à part leur propre personne, cela va de soi.
Pour tenir le peuple tranquille, ils lui ont offert des tas de jeux et de spectacles desquels ce dernier s’est reput. Ils lui ont aussi allégé les programmes scolaires ; un peuple cultivé ne se maîtrise pas aisément, n’est-il-pas ?
Les esclaves, dans un premier temps n’ont pas dit grand-chose. Ils s’exprimaient dans leur langue et honoraient un Dieu bien à eux. Un Dieu unique qualifié de « grand ». Et puis, petit-à-petit, il sont sortis de leurs tanières, ont pris la parole et exigé de vivre leur vie sans contraintes et au milieu des Impériaux.
Et pas question de renoncer à leurs coutumes, au statut de leurs femmes, à leur Dieu. C’était aux Impériaux de se soumettre, pas à eux. Et les impériaux, au lieu de leur en coller une là où ça fait mal, se sont soumis. Faut dire qu’il y avait parmi eux de drôles de types qui disaient qu’il fallait « vivre ensemble » et avoir honte de son passé, qu’être un Impérial c’était forcément suspect, qu’ils étaient tous des fils d’assassins et que, par conséquent, l’hospitalité accordée à tous ces esclaves, c’était en soi une rédemption pour les crimes de leurs pères.
Après, les esclaves ont exigé un statut au moins égal à celui des Impériaux et ils ont ouvert les frontières de l’Empire et ceux qui les défendaient encore, ils les ont tués.
Et puis, toujours insatisfaits, ils ont exigé que leur religion soit reconnue comme celle de l’Empire, et que les autres soient reléguées dans l’ombre et leur temples tolérés sinon saccagés.
Certains parmi les Impériaux s’en allèrent ; ils traversèrent la mer et s’établirent dans des contrées dont ils avaient déjà adopté et la langue et les coutumes. C’était des Impériaux « mondialisés » qui ne voulaient plus payer l’impôt dans l’Empire et, tout en défendant l’idée du « vivre ensemble »,  décampaient comme les rats du navire.
Et puis les choses se sont précipitées. Les frontières ouvertes, des hordes de Barbares se sont engouffrées pour avoir, elles aussi, leur part du gâteau, ce qui entraîna des troubles, des massacres et autres joyeusetés de cet ordre. Les anciens esclaves réalisèrent qu’ils étaient également dans l’œil du cyclone, mais il était trop tard. Tout sombra en deux temps, trois mouvements. Les Barbares s’empiffrèrent, pillèrent, violèrent, mirent à feu et à sang tout ce qui se trouvait sur leur passage, se firent la guerre entre eux, transmirent leurs microbes et autres saloperies, la peste s’installa et le choléra aussi, ce qui restait des orgueilleuses cités de jadis disparut sous les décombres. Abâtardie, la race des Impériaux ne fut plus qu’un souvenir.
Voilà, en résumé, la fin de l’Empire romain.
L’empire romain ?
V’zêtes sûr ?

 

migrants et violence, migrants et terrorisme, migrants et islam, chute empire romain, europe et migrants, société, religion, europe

 

Commentaires

  • Pourquoi les fachos ecrivent-ils SI bien ?

  • depuis quand les gauchos savent ils lire ?

Les commentaires sont fermés.