Compteur de visite

  • Le fabuleux destin d'une petite cellule rectale

    Image associée

     

    Il était une fois une petite cellule rectale qui avait de l'ambition, ce qui dans son cas était pour le moins singulier. Pensez, à ce niveau, situé si près de la sortie, les chances de promotion sont faibles, quasi inexistantes même, alors le découragement gagne bien vite les plus courageuses qui, résignées, vivent leur vie et puis s'en vont sans détours.
    Mais notre petite cellule, dont le nom, hélas! ne passera pas à la postérité, n'était pas de cette trempe, elle savait qu'elle pouvait faire mieux et, comme vouloir c'est pouvoir, décida de viser haut, très haut, et de devenir une cellule neuronale, le top du top !
    T'es complètement folle, lui dirent ses congénères – un peu jalouses, quand même ! - tu crois qu'elles vont t'accepter toi, venant d'où tu viens ? T'es une véritable paria, elles c'est l'aristocratie, le gratin, tu ferais des mains et des pieds, rien n'y fera, rectale tu es, rectale tu mourras. Et ne compte pas sur la promotion canapé, à côté de leurs canons, t'es tout juste une dame-pipi !
    Chiche, dut-elle se dire, et la voilà qui se met à élaborer un processus compliqué de mutation génétique dont, un à un, elle pénétra les mystérieuses arcanes, cela lui prit du temps, lui coûta des efforts inouïs, elle fit des erreurs, céda, ou presque, au découragement, mais, jour après jours, nuits après nuits, elle tint bon et muta tant et si bien qu'elle arriva dans le saint des saints, le cerveau ! Oh ! ce n’était pas celui d'Einstein, tout juste la cervelle d'un ver de terre, mais rien n'est superflu dans la nature et, à l'instar des virgules, le manque de ver peut tuer.
    Et il se trouva, bien des années après, une jeune chercheuse, pleines de neurones bienveillants, qui se pencha avec beaucoup de science sur le fabuleux destin de notre rectale héroïne. Elle en fit même le sujet de sa thèse de doctorat. A l'entendre, on réalise que la plus tendre poésie anime aussi les plus scientifiques hypothèses. La poésie, c'est comme l'art, on en trouve à tous les niveaux. A preuve, ce gigantesque plug anal exposé voici un an place Vendôme à Paris, ouvre d'un artiste majeur, Paul Mc Carthy. Lui, j'ai l'impression qu'il y a eu comme une réversion des cellules neuronales vers le rectum.
    Vous, pas ?

     

    PMC.jpg