Compteur de visite

  • Degrelle et les âmes qui brûlent

     

    L’image contient peut-être : une personne ou plus

     

    Aimer ? Pourquoi ? Pourquoi aimer ?
    L’être humain s’est barricadé derrière son égoïsme et son plaisir. La vertu a délaissé son chant naturel. On se gausse de ses vieux rites. Les âmes étouffent. Ou même elles ont été liquidées,
    derrière les décors des habitudes et des conventions.
    Le bonheur est devenu, pour l’homme et pour la femme, un monceau de fruits qu’ils croquent à la hâte ou dans lesquels ils plantent des dents rapides sans plus, pour les rejeter pêle-mêle.

    Léon Degrelle, Les âmes qui brûlent

  • L'obsession antisémite de BHL

    Résultat de recherche d'images pour "BHL"

    Et avec ça, champion toutes catégories de l'entartrage ...

     

    Bernard-Henri Levy fut le philosophe à la mode, aujourd'hui il fait tout pour durer, c'en est pathétique, mais on ne va pas le plaindre, quand même ! Voilà un personnage de théâtre, narcissique à souhait, doué d’une culture incertaine, d’idées toutes faites et de ressentiments à profusion. Cheveux implantés au vent mauvais qu’entrouvre une chemise d’un blanc immaculé. Et puis, est-il philosophe ? Ce dernier est censé créer des concepts comme celui de la caverne chez Platon ou la volonté de puissance de Nietzsche, le "Dasein" de Heidegger, l’élan vital de Bergson etc … pour BHL le seul concept qu’il ait pondu est celui d’islamo-fasciste. Nous en eussions fait autant. Le bonhomme ne manque pas d’air. N’a-t-il pas déclaré il y a deux ou trois ans qu’il était temps de réécrire le Coran et qu’un Juif dans son genre ferait parfaitement l’affaire. Il a tout fait pour que Sarkozy y aille de sa guéguerre en Libye avec le résultat que l’on connaît : l’implantation terroriste islamiste dans ce pays. où BHL paradait accompagné de jeunes soldats, Kalach au bras, qui faisaient semblant d’assurer sa protection. Quelques semaines plus tard, Kadhafi évincé, il était déclaré persona non grata en Libye. Les vainqueurs n’appréciaient pas les Juifs ! Peu importe, BHL est fier de lui. Autant vous dire qu’envers Bachar-El-Assad il est plus qu’haineux. Sur la ligne de l’ex-ministre Fabius (son coreligionnaire), il souhaite, ni plus ni moins, qu’on réserve au président syrien le même sort que celui réservé à Kadhafi. Pour rappel : une sodomisation en règle avant l’abattage même pas rituel. Ce qui, avouez-le, n’est guère gentil envers un régime syrien qui jamais, au grand jamais, n’a persécuté les Juifs qui vivent, prospères et en paix sur son territoire. Pour un Juif, aujourd’hui, Damas est plus sûr que Tel-Aviv. Mais la reconnaissance n’est pas dans la carte du monde du personnage. BHL, Juif d’Afrique du Nord, pratique à merveille l’art de la chutzpah , cette insolence purement hébraïque qui consiste à en remettre une couche telle dans la provocation qu’elle laisse votre interlocuteur béat, pantois et baba. Exemple : au tribunal le fils, assassin de ses parents, qui réclame des juges l’indulgence envers un « pauvre orphelin ». BHL est dans ce registre qui lui permet d’assouvir une autre haine, génétique celle-là et vouée à ce christianisme qu’il exècre. Ce faisant, il reste dans la droite ligne talmudique qui dit et prêche que le peuple élu est le peuple juif et que toutes les nations doivent prêter allégeance à ce peuple de « prêtres et de rois ».
     Notre homme s’y entend à merveille pour jouer de la corde antisémite. Un virtuose. L’autre soir chez Ruquier il y est allé de son numéro habituel. Si Laurent Fabius n’est pas devenu président de la république française c’est parce qu’il est Juif et que les Français, indécrottables et nostalgiques antisémites ne veulent pas « d’un roi juif », comme les Britanniques n’ont pas voulu de Disraeli. Quant à Dominique Strauss-Kahn, dont tout le monde connaît les excès, notamment à New-York, même topo. Lui aussi est victime d’une « longue tradition de notre antisémitisme national ».
    Faire de l’accusé une victime, c’est un vieux truc d’avocat, il y a des jours où ça marche, d’autre pas, mais arrive un temps où le plus pointilleux des antiracistes est pris de court. Trop c’est trop, cela ne passe plus, décidément la chutzpah est par trop indigeste.
    Mais BHL n’est pas soluble dans du bicarbonate de soude.
    Il faut plus …

    BHL, philosophie politique, chtuzpah, judaisme et élitisme, tamudisme et racisme, chtutzpah, le mensonge comme strétégie, france

  • Aurore Berger et le féminisme hot

    Résultat de recherche d'images pour "aurore bergé"

     

    On ne demande pas aux députés de la Nation d’être intelligents, ni même beaux et encore moins honnêtes ; suffit que de braves gens votent pour eux. Ainsi, une demoiselle Bergé, Aurore, députée issue de la majorité (celle qui a envoyé des femmes à tout prix à l’Assemblée) s’est présentée à une émission télévisée si peu vêtue qu’une péripatéticienne en rougirait. Elle a fait le buzz et des tas d’internautes l’ont sifflée à leur manière. Du coup, la députée s’indigne et déclare haut et fort qu’une femme a le droit de s’habiller comme elle veut, montrer ses jambes, ses seins, son cul et plus si affinités. Voilà le féminisme triomphant en marche !
    Elle se trompe. Une femme, tout comme un homme, a le droit de s’habiller comme elle l’entend, mais dans le respect des autres et de sa fonction. Jean,-Michel Apathie le lui a fait remarquer : vous vous seriez habillée pareil à l’Assemblée ? … non … donc vous voyez que vous devez faire un choix …
    La sous-ministre chargée de l’égalité (sic) entre hommes et femmes, Marlène Schiappa (celle qui écrit en cachette des romans pornos) a pris fait et cause pour sa soldate et rappelle, chignon sévère et menaçant : des propos comme en tient le type qui écrit ce torchon, c’est 12,000 euros d’amende ! Einverstanden ?
    Mes amis, nous sommes dans l’ère de l’indifférencié, poison qui veut qu’un homme ne soit pas différent d’une femme, le noir du blanc, le positif du négatif, la lune du soleil, le devant du derrière etc … Or dans la nature, la vraie, il y a du mâle et du femelle, du bon et du mauvais, du jeune et du vieux qui n’est plus jeune et le tout fait harmonie.

    Une femme, de la tête aux pieds, est porteuse de signaux sexuels. Elle sait en jouer, c’est dans son instinct. Et l’homme est le récepteur indiqué pour ses invites, conscientes ou non. La tenue d’une femme (comme celle d’un homme), ce n’est pas anodin.
    Mais mademoiselle Bergé ne veut rien savoir, mais sait-elle seulement quelque chose ? Je m’habille comme je veux, je suis une femme libérée et blablabla …
    La dignité de la femme mérite mieux que que ces écervelées dont l’obsession égalitaire passe par l’exhibition vulgaire et provocatrice.

     

    La femme ne veut pas être traitée comme un sujet, son but est la passivité, qui ne fait qu’un avec la féminité même ; elle veut pouvoir sentir qu’une volonté est dirigée sur elle et se soucie peu qu’on la craigne ou qu’on la ménage : elle ne veut pas compter. (Otto Weininger : Sexe et caractère)

     

    SELFIE MON CUL.jpg