Compteur de visite

Marlène Schiappa se titille à Bobino

 

Image associée

 

Décidément, elle en remet une culottée ! Dans ma naïve candeur je croyais qu’être secrétaire d’État à l’égalité homme-femme délégué auprès du premier ministre, c’était une fonction qui imposait un certain port qui, sans être royal, se devait d’inspirer le respect. On pouvait pardonner à madame Schiappa ses excursions littéraires dans le pornographique avant qu’elle ne fut ministre, mais on ne passera pas sur sa récente exhibition.
Prenant prétexte de la « journée internationale de la femme », la voilà-t’y pas sur la scène de Bobino » à réciter les « Monologues du vagin », texte issu de la plume d’une madame traumatisée par une enfance marquée par les agressions sexuelles incessantes de son père, un grossiste new-yorkais en viande casher. C’est bien triste tout cela, nous compatissons, mais le sort de cette madame est exceptionnel et ne peut donc être l’aune à partir de laquelle on mesure celui des autres femmes.
Et puis, entre nous, elle a rien d’autre à faire, la sous-ministre Schiappa ? Ah oui, j’oubliais, faire de la pub pour la (petite) culotte « avec titilleur incorporé », histoire d’avoir de fabuleux orgasmes dans le métro, ce métro, terrain de toutes les agressions sexuelles …  curieux, quand même, des femmes comme ça …
Femmes ? Non ! Plutôt femelles, et lubriques avec ça ! Comment respecter quelqu’un de pareil : inculte, provocateur, exhibitionniste et stupide de surcroît. Les femmes méritent mieux que cette débauchée comme avocat.
A « Bobino », elle n’était pas seule. A ses côtés la grosse Bachelot, glousseuse, péteuse et d’une vanité égale à son tour de taille puissance cent. Plus madame El Khomri. Vous ne savez plus qui c’est ? pas grave, une ombre, tout juste
une ombre …

Voilà le casting en macronie, avec des numéros de cet acabit on ne va pas loin, on recule au bout de toutes les avanies.
Et le vulgaire en prime !

08.06.16 FUSILLEZ

Commentaires

  • Ton machisme est A gerber !

Les commentaires sont fermés.