Compteur de visite

  • Saint-Denis : profanation de la basilique !

    Image associée

    Seine-Saint-Denis, France

    La nécropole des Rois de France envahie par une horde d’Africains et de femmes voilées brandissant micros et poussant des cris d ’animaux. Accompagnés par leurs mentors gauchistes, barbes et cheveux longs sales qui les excitent à réclamer leurs « droits », fut-ce au prix d’une violation de sépulture. Après avoir fait tout un raffut, ce beau monde s’est retrouvé devant une raie publicaine mairie et a été félicité par le député France Insoumise : Eric Coquerel.
    La Seine-Saint-Denis, ce n’est déjà plus la France. Pour y trouver un blanc, faut se lever tôt, les rares Français le sont de papiers. Pour le reste : voiles, barbes, djellabas, djembé, tam-tam et manioc-kebab. Langue officielle : le bled ou la brousse, au choix !
    Au milieu de ce souk se dresse la millénaire basilique, celle qui abrite les restes des Rois qui firent la France…
    Ce qui en reste, car les révolutionnaires y firent une incursion remarquée, fracassant les caveaux, exhumant les cadavres, les dépouillant et jouant à balle pelote avec les têtes préalablement décapitées. Faut pas être né dans la brousse pour être un sauvage.
    Alors, l’incursion d’hier c’était pas grand-chose, me direz-vous. Sauf qu’il y va de migrants qui n’ont aucun titre pour demeurer sur notre territoire et qui, comble de la provocation, exigent des droits que quelques idéologues dévoyés leur ont fourrés dans la tête.
    Deux, trois tours et puis s’en vont … dirent quelques journalistes pour qui cette « visite » était « folklorique ». Sauf que la portée symbolique est énorme, ce que ces imbéciles n’admettent pas, ne veulent admettre.
    A travers cette violation de la basilique des Rois de France, c’est toutes l’Histoire du pays qui est insultée.
    Nous pensons très sérieusement qu’il serait temps que nous fassions nous-mêmes le nécessaire pour notre sécurité et celle de nos biens. Nous pensons aussi qu’il y en a qui ne sont pas digne de représenter la nation.
    Comprenne qui pourra …