Compteur de visite

Plus de bal chez Temporel

OSHO.jpg

 

 

 

 « Dans l’histoire des temps la vie n’est qu’une ivresse, la vérité c’est la mort » (Céline). M’ouais … ça se défend. Mais plutôt qu’une ivresse, la vie ne serait-elle pas une longue gueule de bois ? Céline ne buvait jamais, que connaissait-il de l’ivresse et ses lendemains blêmes ? Amours qui se délitent, passions et soufflés qui retombent, beautés fanées, enthousiasmes morts nés. Médiocrité des temps, lâcheté des gens, mensonges et dissimulations, longues suites d’hypocrisies fardées. Vivre et puis mourir, entre les deux quelques illuminations aussi filantes que les étoiles dans le ciel noir. Point .
Le cardinal de Retz disait qu’il fallait avoir de l’esprit dans la galanterie. Cette dernière est morte comme tout le reste. Il a suffi de quelques inverties névrosées pour que « demoiselle » fut mise à mort. Elles se veulent toutes « dame » et gare au damoiseau qui ne filerait droit.
Le féminisme, c’est une mastectomie revendiquée.
Quant au bal chez temporel, il s’est mué en rave sauvage où des mammifères singent des bonobos, la grâce et le naturel en moins. L’homme n’est pas un singe, heureusement pour le singe !

Les Français se sont toujours imaginés être un peuple latin. Erreur. Tout juste les plus latins des germains ou les plus germains des latins. Au choix. C’est l’illusion de se croire descendants des Romains et de parler une langue latine qui fit oublier leurs origines bâtardes. A se croire autre, on se perd. A preuve l’état incroyable de déliquescence de la culture française. Et ce n’est pas le mondialisme qui sauvera quoi que ce soit. Les patchwork, c’est joli un temps, après ils lassent, tout comme ces filles des îles que l’âge rattrape. La France
« métissée », c’est creux, vide, flashy peut-être mais aveuglant sûrement. Volapück agressif, musique décérébrée, littérature de gare, pensée zéro. C’est petit, moche, sale et sent mauvais.

Les Français sont des veaux, disait ce « grand homme ».
Il était bien aimable !

 

 

 

Netflix a lancé le 16 mars dernier une suite de documentaires sur la saga de Baghwan, alias Shree Rajneesh, alias Osho, un bonhomme exceptionnel, un précieux gourou. A voir, absolument surtout si vous croyez encore à la démocratie, aux droits de l'homme et à cette "grande démocratie" que sont les Etats (calvinistes)-Unis d'Amérique. Nous y reviendrons prochainement ...

Les commentaires sont fermés.