Compteur de visite

  • Lagerfeld et les petites culottes des mannequins

    LAGERFELD

     

    Karl Langerfeld, quatre-vingt-quatre ans et toutes ses dents. Et des testostérones avec ça ! Il s’est fâché tout rouge l’autre jour parce qu’un styliste dans son genre, l’Allemand Karl Templer, est vilainement accusé d’avoir baissé les culottes de ses mannequins sans leur en avoir demandé la permission ! Il n’y va pas de main morte, Karl : si vous ne voulez pas qu’on baisse votre culotte, ne devenez pas mannequin, allez au couvent, il y aura toujours une place pour vous, même qu’on y recrute !
    Au moins, c’est dit : toutes ces filles anorexiques qui n’en ont pas plus dans leur tête que sur la poitrine peuvent être remplacées dans la minute qui suit. Alors, faut qu’elles y passent, à la casserole. Ce ne sont pas des êtres humains, ni même des animaux, tout juste des sex toys animés.
    Et puis, continue notre fringant octogénaire : j’en ai assez de ces « balance ton porc », etc … toutes ces saintes Nitouche me font gerber, elles étaient les premières à se disputer pour savoir qui d’elles sucerait la première le producteur. Et aujourd’hui, elles serrent les cuisses qu’autrefois elles écartaient toute pudeur envolée.
    Il n’ a pas tort, le couturier, même qu’il est cyniquement lucide, un peu comme votre humble serviteur.
    Et il ajoute : de drôles d’oiseaux, ces donzelles, qui mettent vingt à se souvenir que, sans leur consentement écrit, elles furent renversées sur un canapé …
    Je dirai même plus : de drôles et cupides oiseaux.

     

    MANNEQUIN

  • Syrie : quelques pétards mouillés ...

    The Damascus sky lights up with missile fire as the US, Britain and France launches an attack on Syria

     

    Après toutes leurs gesticulations, il fallait bien qu’ils fassent quelque chose, ces clowns qui, à Washington, Londres et Paris, braillaient à tue-tête : retenez-moi, je vais faire un malheur !
    On l’a vu, leur malheur ! Quelques bombinettes en guimauve, dont trois ont été interceptées en plein vol, et qui ont frappé l’une, une usine de chocolat, l’autre un dépôt de pénicilline et la troisième a dérangé les koï d’un étang voisin. Même pas peur !
    Faut que ces gens qui nous dirigent soient des dégénérés de premières, des sous-hommes, des zombies désaxés pour être à ce point veules, corrompus et bêlants. Mais nous les connaissons, tout comme leurs électeurs, il n’y a rien à attendre de ce côté.
    Ils ont agi sans mandat aucun, rappelons-le. Pas celui de l’Onu dont ils se contrefichent comme de leur première kippa. C’est un acte de guerre perpétré sans déclaration aucune contre un pays qui ne leur a rien fait, mais au contraire, se bat contre des terroristes islamistes qui posent des bombes dans leurs villes et campagnes. On voudrait voir l’islamisme barbare sévir encore plus chez nous qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
    Mais que voulez-vous, mes amis, ces types, intoxiqués par leur idéologie déjantée, ne comprendront jamais, ils ne veulent pas comprendre, la compréhension n’est pas dans leur intérêt. Même morts ils persisteront dans leur délire.
    En attendant, ne gâchons pas notre plaisir. Bachar el-Assad est vainqueur, ses ennemis sont en fuite et leurs alliés occidentaux contraints de donner le change en faisant exploser des pétards.
    Avec Bachar, c’est Poutine qui doit bien rigoler et tous ceux qui, comme nous, souhaitent le rétablissement de l’ordre et de la paix au moyen-orient.
    Chez nous, cela passera forcément par la (très pacifique) neutralisation de nos dirigeants.
    L’agriculture manque de bras ….

     

    LION