Compteur de visite

- Page 3

  • Fillon par KO

    Résultat de recherche d'images pour "fillon"

     

    Fini, Sarko, fini, rideau ! Ce devait être une rentrée, c’est une sortie piteuse. Battu par un septuagénaire insipide, terne et ennuyeux et un ancien « collaborateur » incisif, calme mais cogneur. La victoire nette, indiscutable, par KO même d’un François Fillon, sans doute le dernier étonné par son succès.
    Reste une question : et alors ? Tant que la politique de la France sera faite à Bruxelles, il ne faudra pas s’attendre à une rupture ou un changement, sinon dans la forme. A moins, bien sûr, que Fillon président ne mette Bruxelles au pas, la France peut se le permettre, elle n’est pas la Wallonie, elle peut refaire la politique de la chaise vide, comme le fit De Gaule en son temps, elle peut taper du poing sur la table. Fillon en est-il capable ?  Est-il à même de juguler les flux migratoires  incontrôlés qui submergent notre  continent ? Certainement plus qu’un Juppé dont  « l’identité heureuse »  est une idéologie pâle, vide et d’une criminelle naïveté.  Tout le monde sait que la France sera mieux représentée par n’importe qui (homme ou femme), ce qui n’est guère difficile après le clown qui l’a rendue ridicule. Le président de la Ve république  s’il est un monarque, règne et incarne la France de toujours, ne pas l’oublier.
    Rendons quand même à Sarkozy l’hommage qui lui est dû. Il a pris dignement adieu à ses rêves et assuré Fillon de son soutien. Rien à voir avec le stupide « je continue le combat » d’un Alain Juppé, droit dans ses bottes peut-être, mais marri et déstabilisé. Et dont les supporters de gauche qui se sont déplacés pour lui accorder, du bout des doigts, leur vote n’ont fait que plomber le score et la réputation.
    Le succès des primaires démontre aussi le ras-le-bol des Français à l’issue d’un quinquennat désastreux et leur désir de rebond.  La magistrature d’un monsieur Hollande, c’est tout juste le mariage des invertis, une politique étrangère  dictée par un atlantisme soumis,  une réforme sociale inopérante, un chômage  incontrôlé, l’éducation nationale déjantée et une politique culturelle gore et un immigration clandestine et  triomphante.
    Même si nous voterons pour Marine, il n’en reste pas moins que monsieur Fillon a de sérieuses chances  (1 sur 2) de devenir  président de la république.
    Il parle de « casser la baraque ».
    D’accord !
    Et de fond en comble !

  • 2016 : migrations en hausse

     

    Non, l’invasion migratoire ne faiblit pas, au contraire. En 2016, malgré les mesures mises en place et l’accord entre la Turquie et l’Europe (en fait l’Allemagne) les flux ont augmenté. En août 2015 l’Europe des 28 plus la Norvège et la Suisse avait accueilli 894,028 demandeurs d’asile, en 2016, fin août, l’Europe en comptait 1,013,053. Chiffres a minima. Parmi ces derniers, des migrants économiques provenant du Pakistan, du Bangladesh, de l’Afrique noire, de l’Albanie et de la Russie musulmane, des gens qui n’ont aucun droit à faire valoir et ne sont en aucune façon concernés par une guerre quelconque. Ils seront déboutés, c’est sûr, mais les choses étant ce qu’elles sont, il n’y aura pas de reconduite à la frontière, ils resteront donc chez nous en parasites qu’ils sont déjà.
    Si nous ne mettons pas en place un système qui permette de renvoyer à la frontière de l’Europe celui qui n’a pas le droit d’y rentrer, nous serons encore plus débordés. Ce système doit être rapide, articulé par une autorité administrative et sans appel ; les règles en vigueur  sont pourtant simples : le droit d’asile n’est reconnu que dans quelques cas bien précis. Dès lors, tout ce qui ne rentre pas dans ce cadre ne doit pas faire l’objet de débats et encore moins de juges qui sont, comme vous le savez tous, des psychopathes en puissance. Reconduite à la frontière et sans atermoiements. Point ! Cela suppose aussi une volonté et un esprit sain et lucide, pas un mental intoxiqué par des idéologies mortifères et vides qui culpabilisent, fardent le réel et  au final tuent.

    Des violences ont éclaté dans des centres d’accueil de « réfugiés » en Allemagne et en France. Ces pauvres gens ont mis le feu à des infrastructures acquises pour les accueillir « dignement » et se sont battus entre eux et, en passant, ont fait une trêve pour violer une auxiliaire féminine. Voilà le risque que courent  ces inconscientes qui stupidement se mettent au service de la vermine afro-asiate.  Les femmes migrantes ne sont pas à l’abri, elles aussi, de la lubricité des mâles, pour preuve les violences qu’elles endurent et  les centres qui leur sont réservés à elles et leur marmaille  Bien sûr la presse n’en parle pas, comme elle ne répercute pas l’information de Médecins du Monde (pourtant peu suspects d’hostilité envers ces derniers) qu’à peine, 13.7% des migrants fuient la guerre. Les autres viennent ici prendre ce qu’ils ne peuvent chez eux.
    Classique, depuis la plus haute antiquité !

    « Il faut se garder de supposer que beaucoup d’hommes sont des personnes. Il y en a aussi qui ont plusieurs personnes en eux, mais la plupart ‘en ont pas du tout » (Nietzsche)

  • Maurice Dantec vivant

    dantec

     

    La pensée athéiste ne cesse de progresser, elle, comme une diarrhée flatulente dans l’intestin, c’est d’ailleurs là sa marque de fabrique. (Maurice Dantec, American  Baby Box)
    Il est mort trop tôt celui qui à juste titre avait pris le relais de l’immortel  Léon Bloy et on le regrette, lui qui, bon penseur et docte philosophe, dénonçait l’asservissement de l’homme à la machine, sa propension folle d’être un créateur quand sa destinée est celle d’un humble découvreur.

    Son christianisme est original : converti catholique mais tout juste « Concile de Nicée » et  pas Vatican deuxième mouture. Il  dénonce avec raison et fougue l’hérésie protestante et ses poisons qui alimentent et fécondent vicieusement le monde moderne. Et puis, curieusement,  confesse son sionisme intégral. Il écrit sans plaisanter que Jérusalem est juive depuis « au moins cinq fois dix siècles » alors que toutes les fouilles, tous les historiens s’accordent pour affirmer que Jérusalem et la Judée c’est mille cinq cents ans avant Jésus-Christ au maximum. Il semble oublier que le christianisme rend caduc le judaïsme et lui ôte toute légitimité, ce dont fait fi aussi le jésuite qui est Pape à Rome. Ainsi, d’une part  il accuse Luther et Calvin qui firent de leur foi une regressio ad iudaismo et de l’autre il encense ce même judaïsme. Faudrait savoir …
    Qu’il en ait eu marre jusqu’à la nausée de la France et de ses élites dégénérées qui se congratulent les unes les autres au cours de communes orgies masturbatoires, on le comprend, mais se réfugier au Québec, c’est comme passer du Fouquet’s à Saint-Germain, pareil au même ! Rien n’est plus con qu’un intello québécois. Quant au Canada, c’est un laboratoire d’expérimentation idéal pour un multiculturalisme  naïf, suicidaire et débilitant, mais ce n’est pas grave. Le Canada, encore moins que les Etats-Unis, n’est une nation, tout juste une Etat qui délivre  des papiers et impose ses résidents. Une résidence, c’est ça, tout juste une résidence, le Canada, rien d’autre. Et que la Reine Elizabeth II soit sa souveraine n’y changera rien, pour le monarchiste Dantec, la monarchie n’est pas un patchwork ni une auberge espagnole.
    N’empêche, malgré tout ce qui précède, il faut lire et relire Dantec, c’est un remontant de premier ordre, une bouffée d’air frais dans ce climat putride et délétère, cadre de notre quotidienne et militante survivance.


    Nous nous réjouissons de la victoire de Trump et de la déconfiture de tous ces salauds de journaleux qui l’ont cloué au pilori et prédit sa défaite toute honte bue. Qu’ils crèvent dans leurs déjections !

    Nathalie Kosciusko-Morizet a ceci de bon qu’elle nous démontre, s’il le fallait, que crevure est un mot féminin.