grand remplacement - Page 3

  • Hollande à l'abattoir

    Résultat de recherche d'images pour "VEAU 0 L4ABATTOIR"

     

    François Hollande, ce mouton bêlant qu’attend l’abattoir de l’oubli et du ridicule, a déclaré dans son pathétique et larmoyant discours de l’autre jour qu’il regrettait d’avoir proposé la déchéance de nationalité aux terroristes binationaux car cette mesure divisait les braves Français de son genre et de sa mouvance. Crétin des Alpes, va !  Il a donc renoncé à sa fameuse révision de la Constitution permettant la déchéance de la nationalité. Après les attentats de novembre c’était du tout cuit ; gauche et droite réunies solennellement à Versailles pour donner force et vigueur à ce qu’a demandé le président de tous les Français. Que les socialistes français soient les plus bêtes du monde, nous le savions depuis toujours. Aujourd’hui, ce sont des crétins et des complices d’assassins. Et ils devraient faire attention, ces messieurs-dames, incarnations moches d’une idéologie mortifère, nous sommes en guerre comme l’ont déclaré nos dirigeants. Nous sommes en guerre et les traîtres et les défaitistes en ces temps de combats, on les mène au poteau et douze balles dans la peau. C’est prévu par les textes de lois, pas besoin de refaire le chemin de Versailles. Ceux qui trahissent les intérêts de la patrie sont condamnés à mort.
    Celle qui exulte, c’est la guyanaise Taubira, elle qui exècre la France des blancs. S’en réjouissent de même les trotskystes du genre Cambadelis, ces obsédés d’une révolution nihiliste. Des malades ! Malades à l’image d’un pays qui ne peut, ne veut se réformer. Qui refuse toute atteinte à une pseudo-sécurité sociale impayable et qui  ne profite qu’aux immigrés et aux migrants. Un peuple qui rejette toute révision du droit du travail, monument obsolète qui plombe les relations entre salariés et entrepreneurs et se retrouve dans la rue pour brailler des slogans creux que répètent des crétins issus des facs et des lycées. On comprend que la crème de ce pays s’en aille ailleurs, dans des pays civilisés qui connaissent la valeur du travail, le récompensent et font comprendre aux paresseux et profiteurs de toute sorte que l’Etat n’est pas la Providence.
    François Hollande aurait pu feinter et botter en touche. Devant le refus des socialistes de le suivre dans sa réforme constitutionnelle, il aurait pu la soumettre à referendum et les Français auraient voté « oui » à cette dernière. Mais François Hollande préfère son parti au pays.
    Ce n’est pas un homme d’Etat. Tout juste un petit secrétaire qui doit composer, pondre des compromis, réunir ce qui est épars, chuchoter en coulisses, négocier en aparté. Saisir le peuple, supposé souverain, nenni !
    Voilà où nous mènent des larves de cette sorte : à l’abattoir ! Au moment où nous sommes confrontés, nous tous Européens, à des invasions de hordes afro-asiates, comme on n’en avait plus vues depuis l’Antiquité, ces messieurs les socialistes discutent du sexe des anges.
    Avant de sombrer dans l’abîme, qu’ils sachent cependant que des comptes nous sont dus et que nous les leur ferons rendre.

    Notamment à propos de ce qui suit et des "chances pour la France".

  • 2016 : migrations en hausse

     

    Non, l’invasion migratoire ne faiblit pas, au contraire. En 2016, malgré les mesures mises en place et l’accord entre la Turquie et l’Europe (en fait l’Allemagne) les flux ont augmenté. En août 2015 l’Europe des 28 plus la Norvège et la Suisse avait accueilli 894,028 demandeurs d’asile, en 2016, fin août, l’Europe en comptait 1,013,053. Chiffres a minima. Parmi ces derniers, des migrants économiques provenant du Pakistan, du Bangladesh, de l’Afrique noire, de l’Albanie et de la Russie musulmane, des gens qui n’ont aucun droit à faire valoir et ne sont en aucune façon concernés par une guerre quelconque. Ils seront déboutés, c’est sûr, mais les choses étant ce qu’elles sont, il n’y aura pas de reconduite à la frontière, ils resteront donc chez nous en parasites qu’ils sont déjà.
    Si nous ne mettons pas en place un système qui permette de renvoyer à la frontière de l’Europe celui qui n’a pas le droit d’y rentrer, nous serons encore plus débordés. Ce système doit être rapide, articulé par une autorité administrative et sans appel ; les règles en vigueur  sont pourtant simples : le droit d’asile n’est reconnu que dans quelques cas bien précis. Dès lors, tout ce qui ne rentre pas dans ce cadre ne doit pas faire l’objet de débats et encore moins de juges qui sont, comme vous le savez tous, des psychopathes en puissance. Reconduite à la frontière et sans atermoiements. Point ! Cela suppose aussi une volonté et un esprit sain et lucide, pas un mental intoxiqué par des idéologies mortifères et vides qui culpabilisent, fardent le réel et  au final tuent.

    Des violences ont éclaté dans des centres d’accueil de « réfugiés » en Allemagne et en France. Ces pauvres gens ont mis le feu à des infrastructures acquises pour les accueillir « dignement » et se sont battus entre eux et, en passant, ont fait une trêve pour violer une auxiliaire féminine. Voilà le risque que courent  ces inconscientes qui stupidement se mettent au service de la vermine afro-asiate.  Les femmes migrantes ne sont pas à l’abri, elles aussi, de la lubricité des mâles, pour preuve les violences qu’elles endurent et  les centres qui leur sont réservés à elles et leur marmaille  Bien sûr la presse n’en parle pas, comme elle ne répercute pas l’information de Médecins du Monde (pourtant peu suspects d’hostilité envers ces derniers) qu’à peine, 13.7% des migrants fuient la guerre. Les autres viennent ici prendre ce qu’ils ne peuvent chez eux.
    Classique, depuis la plus haute antiquité !

    « Il faut se garder de supposer que beaucoup d’hommes sont des personnes. Il y en a aussi qui ont plusieurs personnes en eux, mais la plupart ‘en ont pas du tout » (Nietzsche)

  • L'Europe et les Syldaves rebelles

    Vous êtes un malade qui déverse son trop-plein de haine dans des écrits fielleux qu'anime votre ressentiment pathologique !
    ...
    Pourriez me répondre !
    ...
    Vous, le mot "tolérance", vous ne savez même pas de quoi il y  va ...
    Si !
    Quoi ?
    La noblesse du vainqueur !
    LEONIDAS.jpg

    Lire la suite