Compteur de visite

grand remplacement - Page 3

  • Une française agonie

    05.15.16 DRAPEAU FRAN9AIS EN LAMBEAU

     

    Ça craque de partout dans le Landerneau politique. La semaine dernière, une tribune d’intellectuels (sic) de tous bords dénonçait le danger du « séparatisme islamiste ». C’était signé par des personnalités comme Alain Finkelkraut (lequel, il y a quelques années, se demandait comment on ne pouvait pas ne pas haïr la France), Bernard Kouchner (un homme qui, s’il ne la hait pas, méprise la France et les Français de souche) et mademoiselle Levy, Elisabeth, anthologie d’hystérie à elle seule. Ajoutons parmi les signataires, Luc Ferry, Yann Queffelec, Sylvie Tesson etc … qui participent tous à l’exhibitionnisme germanopratin. Ces gens intelligents, cultivés (sic) et écoutés par quelques flagorneurs ont subitement, à l’instar du gus qui découvre le fil à couper le beurre, que l’islam peut être dangereux pour notre pays. Ah ! ils sont prudents, ils font le distinguo entre islam et islamisme, prennent des gants et susurrent leurs réserves la bouche en cul de poule.
    Ils ne veulent pas savoir ou n’osent écrire que l’islam est un système total-itaire en soi. La différence entre religieux et laïc n’existe pas en islam. Il n’y a pas, comme dans le christianisme, César d’un côté et Dieu de l’autre. L’islam est une soumission à chaque instant à l’écrit divin qu’est le Coran. Il n’y a pas d’islam modéré, pas plus que de communisme « modéré » du temps ou Moscou et Pékin faisaient peur.
    François Hollande dans ses confessions à des journalistes  (« Un président ne devrait pas dire cela ») envisageait froidement une partition de notre pays en faveur de la « communauté musulmane ». Pour une fois, ce clown présidentiel ne plaisantait pas.
    Après le drame de Trèbes, vous pensez que grand-chose va changer ? Manuel Valls propose carrément de mettre en rétention administrative les fichés S pour radicalisme. Il était temps. Mais à part lui, un monsieur Castamer dit qu’il nous faut accueillir les ex combattants de Daech car : il vaut mieux les savoir chez nous qu’ailleurs et l’expulsion systématique n’a aucun sens. Et c’est à des types pareils que nous confions notre sécurité !
    Le terrorisme, mes amis, c’est le cancer qui ronge notre société et que font les médecins quand il y a cellules cancéreuses dans le corps ? Ils les éliminent ! En l’occurrence l’islam est vecteur de terrorisme, il nous faut donc encadrer sévèrement cette expression qui de religieuse déborde sur la lutte armée. Cela, nous ne pouvons le tolérer. La chimiothérapie dans le cas d’espèce, c’est l’arrêt de toute immigration musulmane, l’expulsion de tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, peuvent représenter une menace, la déchéance de la nationalité, la rétention administrative etc … cela fait mal, c’est exceptionnel, mais que voulez-vous, quand le corps est en danger on ne le soigne pas avec des tisanes fleuries.
    Mais sommes-nous encore capables d’avaler ce remède ? Serions-nous à ce point dégénérés que le sacrifice de cet héroïque gendarme n’aurait servi à rien ?
    Si c’est le cas, la messe est dite.
    De funérailles …

     

    CADAVRE

  • Trèbes : un héros nommé Beltrame

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, chapeau et gros plan

    Le lieutenant-colonel Beltrame

     

    Hier à Trèbes, dans le magasin où un terroriste tenait en otages des innocents, un lieutenant-colonel de gendarmerie s’est offert en échange de la libération d’une femme. Cet homme a été tué lors de l’assaut final.
    Il n’était pas obligé de s’offrir en otage, il l’a fait, parce que dans le danger un homme, un vrai, fait tout pour l’éviter à une femme. Et il en est mort.
    Le terroriste était un Marocain, connu des services de police pour délits divers et fiché « S » pour radicalisation islamique. Cet homme pouvait à tout moment passer à l’action. Un type pareil c’est une bombe à retardement, un être imprévisible qui peut frapper quand il veut, où il veut. Hier un magasin, demain une crèche, après-demain le métro.
    Pourquoi n’a-t-on pas expulsé du territoire national cet individu ? C’était un étranger non-assimilé, irrécupérable et une charge pour la société française. Sommes-nous à ce point dégénéré que pour entretenir sur notre sol des déchets de cet ordre ? Vous imaginez un cancéreux qui fait tout pour multiplier ses cellules malades ? C’est la France d’aujourd’hui !
    Ceux qui ont pris sur eux de ne pas bouter hors du territoire des hommes dangereux, ceux qui n’ont pas voulu déchoir de la nationalité française des terroristes massacrant nos nationaux, ceux-là devront rendre des comptes et ils seront salés.
    Et que va faire ce gouvernement de castrés ? Décorer à titre posthume un héros, faire des discours et puis se préoccuper d’instaurer un « islam à la française » et autres utopies du même ordre …
    Les choses sont pourtant fort simples : si vous n’aimez pas la France, foutez-le camp ! Et si vous ne le faites pas, nous vous foutrons dehors, un coup de pied au cul !
    Et que ne recommence pas le cirque nauséeux des bougies, des « ils n’auront pas ma haine » etc … Il faut haïr des vermines de cette espèce et ceux qui activement ou non les supportent.
    Çà fait du monde …
    Pas grave, quand on hait, on ne compte pas …

     

    HEROS

  • Les Brigandes : attaques tous azimuts

    Résultat de recherche d'images pour "les brigandes"

    Joël Labruyère et la journaliste Valentine Oberti

     

    Cette fois, se sont les orgues de Staline ! Le clan, Les Brigandes, accusé de  meurtre (France Soir) pour avoir « interdit de soins » une ex affidée du « gourou » Joël Labruyère, qui l’aurait laissée mourir dans un cabanon isolé à la lisère d’une sombre forêt en Belgique. Plus wagnérien, tu meurs.
    Une femme prénommée Sophie, 39 ans, atteinte d’un cancer de l’utérus en phase finale, souffrant, en outre, de la maladie de Crohn, est morte voici sept ans, à mille trois-cents kilomètres de la « secte » de Joël Labruyère, lequel lui aurait interdit de se soigner car « son karma était de mourir » à ce moment et à cet endroit.
    Bien entendu, ces accusations gravissimes sont lancées sans l’ombre d’une preuve et sur base de la seule déclaration d’Annick Lovinfosse, une ex du groupe et de Joël Labruyère, qui ajoute que des femmes seraient allées en Belgique pour « mettre fin aux souffrances de Sophie » et l’étouffer sur son lit de mort. Un meurtre, donc.
    C’est gravissime et rapporter ce qui précède sans preuves est diffamatoire dans le sens le plus pénal du terme. La journaliste Nolwenn Le Blevennec (Rue89) le réalise-t-elle ?
    Il y va d’une dénonciation calomnieuse qui peut coûter un séjour en prison et des dommages et intérêts à la clé.
    C’est une vieille tactique que celle qui consiste à salir un ennemi sachant que pour le bon peuple « il n’y a pas de fumée sans feu ». Et employer le mot « secte » fait peur, comme celui de « gourou ». Le temps que les accusés redressent la barre, le mal est fait et la réputation acquise.
    En ce qui nous concerne, notre position est claire : les clips des Brigandes, d’après leurs adversaires les plus acharnés, ont été visionnés plus d’un million de fois. Elles dérangent et enragent le système chaque jour davantage. Pour nous, c’est du pain blanc. Si ces garçons et ces jeunes femmes veulent vivre ensemble dans une grande maison et partager le pain et le vin, c’est leur affaire. Si, en outre, ils suivent les enseignements de Joël Labruyère, c’est leur choix.
    Jérôme Bourbon, le rédacteur en chef de « Rivarol », le premier à avoir dénoncé le caractère « sectaire » de nos vedettes, à beau dire ce qu’il veut, sur le plan pratique les Brigandes c’est une armée en mouvement, « Rivarol » tout juste une compagnie à l’affût.
    Mes amis, à Byzance l’on discutait de sexe des anges et d’endocisme. Les Turcs ont mis tout ce beau monde d’accord, Sainte Sophie est une mosquée !
    Nous avons un ennemi commun, on se met ensemble pour le neutraliser. Croyants ou pas, cathos et nordiques, chiites et Kurdes, Français de souche et de branche.
    Quant aux Brigandes, à elles de choisir leur stratégie de défense face à cette rage médiatique qui ne prouve qu’une chose :
    elles font du bon boulot !