Compteur de visite

islam et terrorisme - Page 2

  • Berlin: Vielen Dank, Frau Merkel !

    Résultat de recherche d'images pour

     

     

    La guerre se rapproche, braves gens, et si elle devient tous les jours de plus en plus menaçante, c’est parce que des idiots inconscients et une idiote de premierè, la chancelière Angela Merkel, a introduit sur notre continent des millions de migrants afro-asiates dont au moins deux pour cent est constiuté de terroristes infiltrés faites-le compte ! Nous avons à l’heure où ces lignes sont écrite que le chauffeur du camion fou était un réfugié venu par la route des Balkans. Vielen Dank, Frau Merkel !
    Berlin, marché de Noël, la foule, les lampions, le vin chaud, la bonne humeur et un camion qui fonce sur les chalands : 14 morts et des tas de blessés. Les journalistes et le ministre Thomas de Maizière  évoquent un « possible attentat terroriste ». Quelle précautionneuse précaution !  Nous serons plus direct : c’est un attentat perpétré par une de ces larves afro-asiates que Frau Merkel, cette idéologue déjantée a laissé rentrer si criminellement chez elle. Qu’elle crève, cette poufiasse !
    Il va encore y avoir des « Je suis Berlin », « Ich bin Berlin », des bougies, des pleurs et surtout « pasdamalgames ». Eh bien si ! Nous disons que si la communauté musulmane dans son ensemble n’est pas matée une fois pour toute, si on ne lui fait pas comprendre, à coup de claques s’il le faut, que nous les Européens nous sommes chez nous et qu’elle peut l’être aussi à condition qu’elle s’assimile to-ta-le-ment. Elle ne veut pas ? Pas de problème, elle sera réduite au statut de métèque et ces gentils membres qui ne sont pas contents dégageront aussi sec !
    Bien sûr, ce sont des minorités invisibles qui conçoivent ces attentats, mais ils se meuvent dans ce monde hors de notre contrôle qui est celui des banlieues musulmanes de nos cités. Ces banlieues, il faut les raser. Pas la peine de bombarder Mossoul si des mini Mossoul sont chez nous comme des champignons vénéneux dans nos forêts. Il faut savoir prendre ses responsabilités, mes amis, et couper là où cela fait mal !
    Les peuples aiment les dirigeants forts qui savent ce qu’ils veulent. Les peuples ne veulent pas diriger, ils veulent des chefs. Des vrais, des durs, des tatoués. Pas des mère au foyer égarées dans les méandres du Bundestag, comme cette Frau Merkel. Il est temps que chacun soit à sa place, la femme à la sienne et l’homme dehors, les armes à la main.
    Elle fait pas féminine, la Frau Merkel, mais une chose est sûre, elle n’en a qu’à l’encontre de ses compatriotes. Cette obstination à recevoir des peuples bigarrés doit traduire une béance qui ne demande qu’à être comblée. Je sens que je vais considérer le docteur Freud avec sympathie, après tout il ne pouvait pas avoir totalement tort, le bonhomme. Frau Merkel est une mal baisée !
    Que les Allemands la boutent dehors, livrée à un régiment de Sénégalais !

  • J'attends les Cosaques et le Saint-Esprit ...

    Lire la suite

  • La laïcité à la française a-t-elle vécu ?

    Résultat de recherche d'images pour "caricature marianne"

     

    Monsieur Manolo Valls, que nous ne portons pas dans notre cœur, a eu une de ces paroles creuses dont il a le secret, il a dit : il faut que l’Etat empêche le financement par l’étranger des moquées et conclue avec l’islam républicain, un pacte du « vivre ensemble » etc … Et il remet cela en déclarant au JDD que la constitution d’un « islam de France » serait une œuvre exaltante, et patati et patata.
    C’est pas faux ce qu’il dit, mais voilà, c’est candidement naïf et fait preuve d’une  ignorance coupable sur la nature de cette religion. Comme le Pape, monsieur Valls n’a pas lu le Coran * et il s’imagine que l’islam est une religion comme les autres avec laquelle il suffit de discuter un bon coup pour qu’elle se mette au diapason républicain.  Eh bien, c’est pas ça.
    Et puis, en vertu de la Constitution article 1, l’Etat n’a pas, d’une manière ou d’une autre, à s’immiscer dans les affaires intérieures d’une religion quelconque. C’est le principe de la laïcité, donc de la neutralité religieuse de l’Etat, tel qu’il est inscrit dans notre texte fondateur. C’est aux théologiens qu’incombe ce boulot. Monsieur Chevènement qui fut ministre de  l’Intérieur jadis avait déclaré à ce propos : Je ne suis pas Napoléon, faisant allusion au Concordat initié par l’Empereur avec les confessions de l’époque.  Aujourd’hui, loi 1905 oblige, ce type de Concordat est impossible.
    Eh bien, pourquoi ne pas revenir sur ce principe (tout de même pas sacré) de laïcité intransigeante ? Les conditions d’application de la loi 1905 ne sont plus les mêmes, elles sont même totalement différentes et une religion venue d’ailleurs, étrangère à nos structures mentales, sème la zizanie et la mort parmi nous, il faut réagir et tant pis pour ceux qui inscrivent des principes dans le marbre du temps et de l’Histoire.
    Pourquoi ne pas subventionner les cultes reconnus ? Payer les fonctionnaires du culte, c’est avoir le droit d’exercer un contrôle sur eux, d’exiger une formation ad hoc, de les reconnaître et donc de ne pas reconnaître – et d’interdire, le cas échéant – les autres. C’est dans ce cadre, et dans nul autre, que pourrait s’amorcer la création d’un islam « à la française ». Cela implique que l’Etat en finisse avec cette politique de l’autruche qui ne veut pas voir et entendre que l’homme n’a pas besoin que de pain mais aussi de nourriture spirituelle. Et qu’il en va de cette dernière comme de la première, elle peut, parfois, empoisonner. Eh bien, puisque l’Etat, se dit en guerre, qu'il œuvre comme il se doit et encadre et contrôle désormais les cultes. Après tout, nos ennemis en font autant, mais pas dans un sens favorable à cette paix à laquelle nous avons droit.

    • Quand nous parlons d’islam, nous songeons tout particulièrement au wahhabisme, ce courant fondamental né au XVIIIe siècle en Arabie et devenu, par la grâce des pétrodollars, la forme la plus répandue et la plus fanatique de l’expression musulmane.  Nous excluons les mouvements chiites, les Alevis de Turquie, les Alaouites de Syrie, les Ismaéliens  et les diverses sectes soufis dont certaines rejoignent par leurs rites les tantristes de l’Inde.