migrants - Page 3

  • L'Afrique, l'Europe et les migrants

    REFUGIES.jpg

     

    On a beaucoup parlé du « baby boom » de l’après-guerre, on a toujours tu que ce « boom » datait, en fait, de 1942. C’est une constante dans la nature que des conditions difficiles voire dangereuses de vie favorisent la fécondité. Durant la guerre, il suffisait qu’un soldat jouisse (si vous me permettez l’emploi de ce verbe …) de quelques jours de permission pour qu’aussitôt dit, aussitôt fait, sa femme (fiancée, amie, rencontre de passage …) se retrouve enceinte. Et, dans les pays occupés, quand beaucoup d’hommes étaient morts ou prisonniers, eh bien, les femmes autochtones étaient fécondées par l’occupant. La nature n’aime pas le vide. Chez les rats, c’est pareil, plus ils sont combattus, décimés par des campagnes de dératisation, plus ils se multiplient.
    Plus un pays est pauvre, plus son taux de natalité explose, plus un pays est en guerre, plus la frénésie de reproduction s’empare des corps. En 1945, à Berlin, dans les ultimes heures avant la chute, des jeunes filles offraient en holocauste leur virginité aux derniers SS, puis se laissaient mourir dans un crescendo de crépuscule des dieux (musique et paroles de R. Wagner).
    L’immigration qui nous menace et nous mine déjà, elle ne vient plus d’Afrique du Nord, mais bien de l’Afrique noire. L’Afrique dégouline et l’Europe est son égout, comme le constate si justement Jean Raspail *. Là aussi, ce que nous écrivons supra se vérifie dans toute son crudité. En 1960, époque de la décolonisation, l’Afrique était en paix, ses habitants se déplaçaient sur des pistes sûres de jour comme de nuit. Ils étaient soignés et pas seulement vaille que vaille. Cinquante ans après, c’est le chaos total. La faute aux Européens qui sont partis beaucoup trop tôt, ont imposé leurs structures mentales (la démocratie, le progrès, le suffrage universel, l’égalité et patati et patata) à des peuples qui avaient les leurs depuis des siècles et des siècles, et se sont satisfaits de placer à la tête de leurs anciennes colonies des régimes et des hommes corrompus, incapables et cruels. Rien n’est pire qu’un « nègre-blanc » (et son contraire, bien entendu!). Et aujourd’hui, en plus, l’explosion de la démographie est exponentielle. Alors que faire ?
    Eh bien, tout simplement retourner en Afrique y mettre de l’ordre ! Aussi simple que ça ! Et n’en déplaise aux Américains et humanistes mondialistes de tout poil. Les Italiens ont envoyé récemment des soldats en Libye pour aider le « gouvernement légitime » à contrer les djihadistes et surtout juguler l’immigration vers l’Europe des Africains qui transitent par ce pays. Vous en avez entendu parler au poste ? En bonne logique, il faudrait que les autres pays européens envoient des forces d’appoint pour accroître cette présence et mieux, prendre la direction de pays déficients à instaurer la paix et la prospérité dont manquent si cruellement les populations locales. Le salut de l’Afrique, c’est l’Europe des anciens coloniaux et celui de l’Europe c’est le calme et la prospérité en Afrique !
    Vite écrit que tout ça ! Une idéologie mortifère dont les sophismes vicieux nous étranglent empêchera toute velléité dans ce sens, reste donc l’élimination définitive de cet obstacle ce qui ne demande qu’une chose : la volonté de vouloir le faire ! Pour cela il nous faut des hommes de convictions, de combat et de qualité. Ce n’est pas insurmontable, car ce sont toujours de petites minorité qui donnent le « la », à l’instar de la flûte qui le fait pour tout un orchestre. Je cherche donc des hommes, des vrais, des forts, des tatoués (pas obligatoire), ils sont où ?
    Diogène, déjà! posait la question …

    Ungern

     

    • Si vous ne l’avez déjà lu, qu’attendez-vous pour vous plonger dans la lecture du Camp des Saints, le livre prophétique de Jean Raspail, publié en 1973 ?
  • Les brèves de François Hollande au pays du lotus

    HOLLANDE INDE.jpg

    C’est caché au sein d’un immense cheval de bois que les Grecs purent pénétrer dans Troie assiégée depuis dix ans. Ils avaient fait croire aux Troyens qu’ils rentraient chez eux. Et ces derniers, curieux à la vue de cet immense cheval laissé sur la plage, l’introduisirent dans leur cité. Hélas, des Grecs tapis au fonds de ses entrailles profitèrent de la nuit et de la liesse populaire pour en sortir, ouvrir les portes de la ville et la mettre à sac. Le cheval de Troie de l’Europe, ce sont ces pseudos réfugiés qui par milliers pénètrent tous les jours, été comme hiver, sur notre territoire, s’installent, se font entretenir et puis attendent des renforts pour mettre fin à ce qui restera de notre manière de vivre qu’on appelle aussi civilisation. Ils ont une religion différente de la nôtre (qui souvent n’en avons plus …), ils nous l’imposeront, ils cloîtrent leurs femmes, ils feront de même des nôtres après les avoir violées et les hommes encore debout seront leurs esclaves.
    Nous n’inventons rien, c’est le lot des vainqueurs que de s’imposer brutalement aux vaincus. Une nation démoralisée, humiliée, est une nation déchue, vassale. Voyez l’Allemagne après la dernière guerre ; émasculée. Ce sont les effets pervers de cette dévirilisation qui font qu’aujourd’hui les Allemands, les premiers, soient submergés par la marée afro-asiate. Mais le reste ne vaut guère mieux. L’idéologie mortifère qui prévaut encore aujourd’hui a engourdi les âmes et sapé les consciences. La fierté d’être aryen, blanc et européen est quasi un délit, réussir dans ses projets un acte suspect à ne pas divulguer, l’idéologie empoisonnée qui veut que les hommes soient égaux sape les fondements mêmes de notre intellect, l’éclectisme culturel n’est que patchwork indigeste, le respect de la langue une norme éculée, l’art un vomissoir d’égos hypertrophiés. L’amour, l’humilité, la pudeur et les vertus, ne sont plus que vestiges d’un passé révolu dont il vaut mieux ne plus invoquer. Honte de son histoire !
    A Hollywood, cette année il n’y aura pas d’artistes noirs proposés aux Oscar. Scandale dans Landerneau. Rien que des blancs ! Charlotte Rampling, très justement, fait remarquer, que cette année, les acteurs noirs ne sont probablement pas au niveau. Du coup, il y en a qui s’agitent, comme Chelsea Clinton, la fille à Bill et Hillary qui y va de son tweet assassin. La pouf, épouse d’un richissime boursicoteur juif de New York, a été priée de la fermer. Quand on est fille de parents pareils, on se tait à défaut de dire merci !
    Hollande François est en Inde. Il ne parle pas des Védas, de la civilisation brahmanique des rives de l’Indus et du panthéon flamboyant qui les pare. Non, il reste un franchouillard mal sapé, incapable de dire deux mots en anglais et n’a que « Rafale » à la bouche, comme si la France n’était qu’une entreprise commerciale qui fabrique des avions. Au milieu de ses hôtes, revêtus de leurs plus belles tenues chatoyantes, il apparaît comme un barbare venu on ne sait d’où et qui se sent mal à l’aise. Il risquerait même une petite blague, mais ces derniers ne la comprendraient pas.
    Hollande est président de la raie publique. Cloaque qui explique tout !

    Ungern

  • Coucou, me revoilou !

    Afficher l'image d'origine

    Coucou, me revoilou ! Ça faisait un bail, non ? Trois mois sans ma prose, j’ai dû vous manquer … désolé ! Faut dire qu’il y a eu comme une échauffourée, des coups de feu, des roquettes qui explosent un peu partout, des mouvements divers, de la confusion …. Bref, repli stratégique. Vers la lointaine Mongolie où m’attendaient des troupes fraîches. Des mâtins de Kirghizes et Bouriates fraîchement convertis. Ils savent pas vraiment aimer leurs ennemis, ceux-là, mais pas grave, ils apprendront … ou pas, peu importe, l’essentiel c’est qu’ils soient ici, armés et prêts à faire feu.
    Ça n’a pas été très jojo pendant mon absence, ai-je entendu. Paris, ces morts, sa terreur, Molenbeek à Bruxelles, larmes et sang et crises de nerfs, fêtes gâchées, commerçants pas contents … légion d’honneur à fusion. Que voulez-vous ? La voilà la conjuration entre fils d’immigrés, tous français et belges en rab et migrants de Syrie et autres trous du cul. On vous avait dit que les migrants c’étaient tous des diplômés qui parlaient anglais et qu’ils étaient ingénieurs ou médecin à ne savoir qu’en faire. Artificiers, oui … aides-soignants, non ! Détrompés vous le fûtes encore plus quand vous entendîtes qu’en Allemagne et ailleurs des groupes de mâles maghrébins en rut avaient agressés des femmes. Les médias ont bien essayé d’occulter cet « incident », mais les fait sont plus forts qu’un Lord Maire, isn’it ? Alors voilà … en Allemagne, huit-cent mille mâles qui veulent y toucher à la Gretchen et se concertent pour la tâter en bande. C’est plus sûr … des fois que la Fräulein ferait du karaté. Vous les avez voulus, les migrants, vous les avez !
    Donc me revoilà.
    La guérilla, c’est faire un coup et puis disparaître. Pas très élégant, rien à voir avec : Messieurs les Anglais, tirez les premiers. Mais ça marche, demandez à Napoléon et Adolf. Alors pourquoi changer l’équipe qui gagne ? On continuera sur ce registre … pas très majeur, je vous le concède, mais fertile pour qui sait être patient. Mes Kirghizes et moi le sommes.
    Et vous ?
    Et un cordial salut aux snipers tapis quelque part et qui rêvent de me buter une fois pour toutes. Je ressuscite, les mecs. Je suis un sphinx. Perit ut vivat !

    Ungern