Compteur de visite

Le Mont Ventoux - Page 2

  • Ne me quitte pas ...

     

    Dans quelques jours, Skynetblogs mettra la clé sous le paillasson.  Ne nous quittons pas comme çà ! Notre histoire ne fait que commencer ... nous avons encore tant de choses à nous dire (sniff + kleenex) ... alors rendons-nous chez !

    skanderbergblog.wordpress.com

     

    Image associée

     

     

  • Meghan : un rôle parfait

    MEGHAN.jpg

     

    Le festival de Connes est terminé. Toutes les journaleuses pariaient sur une palme d’or à une réalisatrice, puisque le jury était majoritairement composé de femmes et qu’il était temps d’en finir avec cet intolérable scandale qui veut que ce soit surtout des hommes qui l’emportent. Eh bien non … c’est un Japonais, mâle breveté, qui l’a !
    Tant que le pire ennemi de la femme sera l’autre femme, le paternalisme a encore de beaux jours devant lui.
    Hier, belle réalisation à Windsor, avec Meghan Markle dans le rôle de sa vie. Succès planétaire !
    A ce propos, les journaleux, larme à l’oeil, ont entonné les litanies du vivre ensemble dans un monde métissé. On se demande bien lequel. Le décor était on ne peut plus victorien, la musique policée, tout comme le « negro spiritual » bridé après le sermon à peine rock n’ roll d’un révérend afro-américain. A partir du moment où, dans un cadre bien défini, les acteurs jouent en harmonie avec ce dernier, qu’ils soient plus ou moins noirs, jaunes ou rose pâle, what’s the difference ?
    Le monde « métissé » dérape dès lors que chaque groupe y va de son couplet sans égard pour celui de l’autre et recompose sans vergogne son environnement propre. Vouloir vivre à Paris comme à Alger ou Bamako, cela ne marche pas. Or c’est précisément, ce qui se passe chez nous. L’Europe, ce n’est pas l’Afrique ni l’Asie, elle a son génie bien à elle et le dénaturer ne l’enrichit pas.
    La monarchie a ceci d’unique qu’elle permet de fédérer des éléments qui sans elle seraient disparates voire opposés. Le monarque et sa famille incarnent l’État et leurs sujets, par leur serment d’allégeance, se reconnaissent en et entre eux. La monarchie est faite de chair et de sang, d’hommes et de femmes avec leur génie et leurs faiblesses et tout un chacun peut s’imaginer prendre un jour le café, ou le thé, en leur compagnie. Qui a jamais trinqué avec l’Etat ?
    La reine d’Angleterre (d’Ecosse, d’Irlande, du Canada, d’Australie etc …) compose parfaitement avec son temps. Elle sait que d’ici dix ans, son pays ne sera plus majoritairement blanc. Nul ne sait ce qu’elle en pense et il ne lui appartient pas de prendre les armes pour empêcher l’inéluctable. Alors elle mise sur l’adaptabilité de sa dynastie aux changements qui se profilent à l’horizon. Savoir son petit-fils marié a une femme dont la mère est afro-américaine, c’est un atout. Précieux ? L’avenir nous le dira.
    Mais nous ne sommes pas astreints à cette réserve et la soumission, même forcée, ce n’est pas notre tasse de thé. Assimiler des éléments hétérogène, pourquoi pas ? Vivre en cacophonie avec tout et n’importe quoi, assister impuissants à l’assaut de notre continent, tolérer que certains d’entre nous contribuent à son occupation, c’est non !
    Meghan a joué parfaitement son rôle, on en oublierait d’où elle vient et qui elle fut …
    Comme quoi, qui veut, peut !

     

    ROYAYUME UNI et faille royale, métissage en europe, europe blanche et chrétienne, migrants et europe, état et monarchie, fréance et royaume uni

     

     

  • Harry, Meghan et les plantes en pot

    Le premier baiser des mariés face à la foule, ce samedi 19 mai, à Windsor.

     

    Aujourd’hui, j’arrache les mauvaises herbes de mon jardin. Pour ce faire, point de micro-chirurgie, faut y aller franco et à la main de préférence. Tout doit partir, racines comprises. Madame, elle, yeux humides, regarde le mariage princier, elle a raison. Les paillettes au sang bleu valent tous les festiveaux de Cannes. Moi, cela m’inspire plutôt des pensées profondes du style : dans le fond, le princier Harry, il épouse une roturière… un peu de la mauvaise herbe, celle sans pedigree, mais après tout, quelle différence ? Son frère a fait pareil et la duchesse tient son rang. Harry est un cran au-dessus. La presse en remet des couches sur la princière « métisse » ; j’ai beau la reluquer sous toutes ses coutures (ou presque), elle est surtout lait au café. A ce compte, votre humble serviteur ne garantit pas son immaculée aryanité.
    Les mauvaises herbes, tenez, dès qu’elles montrent le bout de leur nez il est presque trop tard, je dis pas que Round Up est une bénédiction, mais si vous ne voulez pas vous faire déborder, faut rester sur ses gardes. Le général de Gaulle disait pareil des migrants : un peu ça va; trop, bonjour les dégâts. Et dans la foulée il ajoutait que la France est un vieux pays de blancs cathos. Aujourd’hui, pareille affirmation lui vaudrait l’hospitalité de la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris (au fond de la cour …).
    Est-ce que je compare les migrants clandestins à de la mauvaise herbe ? Ben oui, je vois rien d’autre … vous ? Je dis pas que c’est tous des mauvais bougres, mais que dans leur registre, ils chantent faux dès qu’ils pénètrent dans notre antique chorale.
    Ce qu’il faut faire, c’est qu’ils restent chez eux. Dans leurs pays plus ou moins corrompus et à l’administration erratique. Et pour ce faire, il faut que nous Européens y retournions. Non pas en colonisateurs, mais pour y mettre de l’ordre. Si nous ne voulons pas qu’ils viennent chez nous, faisons le ménage chez eux. Cela prendra une génération, vingt-cinq ans, mais c’est urgent. A la fin du siècle, l’Afrique comptera cinq milliards d’habitants. S’ils crèvent de faim, ils s’abattront sur nous comme des sauterelles sur un champ de blé.
    Et puis cela donnera un avenir à « notre belle jeunesse », appelée à « civiliser » mais sans arrières pensées un si grand et beau continent.
    Je peux rêver, non ?
    Les mauvaises herbes me font penser à ces belles plantes qui assistent au mariage princier. Si belles et fragiles qu’elles ne peuvent pousser qu’en pot. Et encore, pas toujours très droit.
    Dans le fond, il a peut-être raison, le prince, d’épouser, à défaut d’une bergère, une « métisse » américaine. Cela donnera du tonus aux ci-devant Schleswig-Holstein Hanovre et présentement Windsor. A force de copuler dans le même aquarium, les requins se muent en carpes koï.
    Et les carpes koï …
    Pas même comestibles !

     

    Dès aujourd'hui, retrouvez-moi sur:

    skanderberg.wordpress. com

    et vous saurez tout sur les plantes en pot et les mauvais herbes !

    KOI.gif