droit d'asile

  • 2016 : migrations en hausse

     

    Non, l’invasion migratoire ne faiblit pas, au contraire. En 2016, malgré les mesures mises en place et l’accord entre la Turquie et l’Europe (en fait l’Allemagne) les flux ont augmenté. En août 2015 l’Europe des 28 plus la Norvège et la Suisse avait accueilli 894,028 demandeurs d’asile, en 2016, fin août, l’Europe en comptait 1,013,053. Chiffres a minima. Parmi ces derniers, des migrants économiques provenant du Pakistan, du Bangladesh, de l’Afrique noire, de l’Albanie et de la Russie musulmane, des gens qui n’ont aucun droit à faire valoir et ne sont en aucune façon concernés par une guerre quelconque. Ils seront déboutés, c’est sûr, mais les choses étant ce qu’elles sont, il n’y aura pas de reconduite à la frontière, ils resteront donc chez nous en parasites qu’ils sont déjà.
    Si nous ne mettons pas en place un système qui permette de renvoyer à la frontière de l’Europe celui qui n’a pas le droit d’y rentrer, nous serons encore plus débordés. Ce système doit être rapide, articulé par une autorité administrative et sans appel ; les règles en vigueur  sont pourtant simples : le droit d’asile n’est reconnu que dans quelques cas bien précis. Dès lors, tout ce qui ne rentre pas dans ce cadre ne doit pas faire l’objet de débats et encore moins de juges qui sont, comme vous le savez tous, des psychopathes en puissance. Reconduite à la frontière et sans atermoiements. Point ! Cela suppose aussi une volonté et un esprit sain et lucide, pas un mental intoxiqué par des idéologies mortifères et vides qui culpabilisent, fardent le réel et  au final tuent.

    Des violences ont éclaté dans des centres d’accueil de « réfugiés » en Allemagne et en France. Ces pauvres gens ont mis le feu à des infrastructures acquises pour les accueillir « dignement » et se sont battus entre eux et, en passant, ont fait une trêve pour violer une auxiliaire féminine. Voilà le risque que courent  ces inconscientes qui stupidement se mettent au service de la vermine afro-asiate.  Les femmes migrantes ne sont pas à l’abri, elles aussi, de la lubricité des mâles, pour preuve les violences qu’elles endurent et  les centres qui leur sont réservés à elles et leur marmaille  Bien sûr la presse n’en parle pas, comme elle ne répercute pas l’information de Médecins du Monde (pourtant peu suspects d’hostilité envers ces derniers) qu’à peine, 13.7% des migrants fuient la guerre. Les autres viennent ici prendre ce qu’ils ne peuvent chez eux.
    Classique, depuis la plus haute antiquité !

    « Il faut se garder de supposer que beaucoup d’hommes sont des personnes. Il y en a aussi qui ont plusieurs personnes en eux, mais la plupart ‘en ont pas du tout » (Nietzsche)