Compteur de visite

europe et identité nationale

  • C'est quoi l'identité nationale ?

    NORVEGIENNES.jpg

     Non, celles-ci ne sont pas norvégiennes …

    Le changement, c’est le passage d’un état à un autre, en clair changer d’état. Une réforme est une modification non substantielle d’un état donné.
    Hollande parlait du changement, Chirac de réformes, Sarkozy, lui, y allait de sa « rupture » qui est aussi un changement.
    Pour donner un exemple concret, la réforme c’est accorder aux homosexuels un « pacte civil » leur accordant une sécurité juridique comparable à celle des hétérosexuels. Marier les homosexuels est un changement ; c’est une transformation radicale d’une facette de la société. Il en va de même pour l’avortement, changement radical et la contraception, réforme dans le cadre d’une société où la vie reste un tabou que l’on ne viole pas. Et il y a d’autres exemples : en politique, la révolution française ou la russe sont des changements, le PS qui succède à l’UMP, c’est la réforme d’une politique inscrite dans une matrice identique, si le Front National arrive au pouvoir, ce sera, peut-être, un changement.
    Mais il n’y va pas seulement dans la psyché de nos politiciens d’un changement juridique ou technique, mais bien d’une volonté d’infléchir sur le devenir complet de la société française et européenne quitte à forcer leurs électeurs à les suivre. Ils veulent changer, non pas le mariage, mais la société dans son ensemble, non pas le rapport à la dette, mais la place de la dette dans la société, non pas la gestion de la culture, mais la vision de cette dernière et sa mission. Ils veulent changer la société, et de fond en comble.
    Il suffit de lire les idéologues qui dans l’ombre du pouvoir, socialiste ou non, s’activent pour les influencer. Tous veulent la fin de ce qui reste de l’identité nationale, la France doit se fondre dans le moule européen présenté comme un futur inéluctable et cette même Europe s’inscrit dans un vaste projet mondial. La culture n’est plus « nationale », elle se doit d’être métissée, la musique « traditionnelle » est devenue folklorique, le vocabulaire lui-même « s’enrichit » de mots immigrés, d’expressions empruntées aux ghettos noirs, arabes ou antillais. La musique est électronique et cette dernière est universelle. La spiritualité est depuis, pas mal de temps déjà, un cocktail de croyances diverses que chacun peut incorporer dans un shaker à sa mesure.
    Et nos idéologues de trouver cela très bon, l’avenir sera un melting pot à l’américaine où chacun trouvera ses repères propres sans méconnaître ceux des autres puisqu’ils sont issus d’une seule et même matrice. La paix sociale, raciale, culturelle, politique est, par la grâce du changement, assurée.
    Seulement voilà, cela marche peut-être dans quelques salons feutrés entre gens biens qui voyagent et parlent l’anglais d’aéroport. Mais le peuple, celui qui se lève le matin, prend le métro, va aux champs, veut faire un beau mariage à l’église du village et ne souhaite pas causer anglais ou volapük, ce peuple-là tient à ses racines. Et il y tient d’autant plus qu’il se rend compte confusément, sans pouvoir toujours l’exprimer que son environnement social et culturel est « sa » richesse, quelque chose qui lui est sien jusqu’au plus profond de ses pores. Quant au melting-pot américain, dans les faits, c’est une succession de ghettos, riches ou pauvres, blancs ou noirs, hispaniques ou juifs. Aux yeux de l’élite qui nous montre la voie, cela peut paraître grotesque et « ringard », mais c’est comme ça.
    Voyez l’euroscepticisme qui monte, ce n’est pas seulement à cause de l’ineptie de l’Europe à juguler le chômage, mais tout simplement parce qu’un Français n’est pas un Danois qui n’est pas un Finlandais lequel n’est pas un Autrichien et ainsi de suite. Et l’identité n’est pas seulement nationale, un Flamand l’est avant d’être Belge, un Ecossais choisira peut-être de se séparer de l’Angleterre à l’instar d’un Catalan qui défend bec et ongle sa langue et ses traditions. Le Breton voudra-t-il faire de même ? Et la liste n’est pas close. Au fur et à mesure que « l’Europe se fait », les identités nationales et régionales se renforcent. Au fur et à mesure que l’Europe s’éloigne des gens ordinaires, ceux-ci se rattachent à leur identité. Pourquoi l’intégration de certains étrangers est-elle aussi difficile, voire impossible ? Parce que confrontés à la difficulté quotidienne, à des conditions de vie souvent dures, ces derniers se réfugient dans ce qui leur est propre et sécurisant comme la religion, les coutumes et particularismes etc..
    En résumé, voici une camarilla intellectuelle auto-proclamée qui s’arroge, à travers des politiciens coupés des réalités, le droit de changer la société tout simplement parce qu’ils l’ont imaginée autre et que ce serait très bon comme ça.
    Et les institutions européennes étant ce qu’elles sont, le peuple n’a pas droit à la parole, lui qui se perd dans les méandres d’une administration où une chatte ne retrouverait pas ses petits.
    Il ne faut pas sortir de l’auberge, chers amis…
    Il faut la brûler !

    Ungern