Compteur de visite

europe

  • Tout Israël en une seule page ...

     

    ISRAEL EN UNE PAGE.jpg

    Dans quelques jours, Skynetblogs mettra fin à son sympathique et gratuit service d'hébergeur. Et on n'aura plus qu'à se faire voir ailleurs..;

    Retrouvons-nous sur : skanderberg.wordpress.com
    On poursuivra notre tir à balles réelles dans la joie et la bonne humeur !

    COLT COBRA.jpg

  • Immigration : le vivre ensmeble en deux minutes ...

     

     

     

  • France: le principal et surtout l'accessoire

    TRUMP MACRON

     

    Le 12 mai prochain, Donald Trump a invité ses partenaires vassaux européens à prendre position sur la dénonciation du traité passé entre l’Iran et la « communauté internationale » sur l’usage que la république islamique peut faire du nucléaire. Ce traité, initié par Obama, a fortement déplu à Israël qui n’a eu de cesse d’exciter les lobbys juifs dans le monde pour que les signataires le dénoncent. Avec Trump ce sera fait ! Pour Emmanuel Macron cela est grave ; n’a-t-il pas déclaré à l’hebdomadaire « Der Spiegel » que ce retournement diplomatique pourrait entraîner une guerre ? Nous avions souligné récemment combien Israël aspirait à la guerre tant il est vrai que l’entité sioniste en Palestine n’existe que par et pour le conflit. Et notre conclusion était et reste sans appel : mourir pour Israël, non merci !
    Et de quoi discute le Landerneau politico-médiatique français ? Des propos tenus par Donald Trump devant le lobby des armes (la NRA), au cours duquel il a évoqué les massacres du 15 novembre 2015 au « Bataclan ». Certes, il l’a fait brut de coffrage, comme un cow-boy les raconterait au « saloon », faut pas trop exiger de ce « self-made man » qui ne parle pas la bouche en cul de poule. Et, en plus, il a joint le geste à la parole. Insupportable pour nos impuissants de la plume et des tribunes. Déclarer que si l’on est armé, on peut retourner une agression contre l’agresseur est inaudible. La démocratie et les droits de l’homme exigent que l’on se fasse immoler comme un agneau sur l’autel des « valeurs républicaines ». Mais dans quel pays de castrés vivons-nous ?
    Dans cinq jours, l’ombre de la guerre risque de planer sur notre futur proche et l’on s’étouffe d’indignation parce que le président des Etats-Unis évoque un massacre français ! Comment mériter la paix avec une mentalité pareille ?
    Les Américains, ils sont ce qu’ils sont. Nous ne sommes pas leur valet ni leur thuriféraire, mais l’honnêteté nous oblige à reconnaître chez eux une logique saine fondée sur des qualités viriles qui, toutes, font de la responsabilité un corollaire obligé de la liberté.
    Nous, vieux Européens, sans doute désabusés au bout d’une longue histoire, semblons fatigués. La liberté, nous la voulons, mais pas la responsabilité qui lui est attachée. Notre vision de l’Histoire est celle des bisounours pour qui toute volonté de puissance, toute expansion de l’être est à proscrire. L’Europe d’aujourd’hui n’est plus qu’une salle des pas perdus où la misère du monde vient se servir sans complexe, persuadée, en plus, de son bon droit !
    A ce compte, les carottes sont cuites. Les vagues migratoires sont venues à bout de l’Empire romain, elles submergent aujourd’hui l’Europe occidentale. Quand un peuple ne veut pas se défendre, ne veut pas s’armer, ne veut pas pousser sur la gâchette, il n’a que ce qu’il mérite.
    Quand, en plus, il se scotche à l’accessoire alors que le principal, la guerre ! est à ses portes, comment voulez-vous qu’il surmonte ces défis ?
    A Byzance, alors que les Turcs campaient sous les murs, les édiles discutaient du sexe des anges et de l’endocisme.
    Byzance n’est plus, le tour de Paris, Londres, Bruxelles viendra …
    Et plus tôt que prévu !

     

    7.65.jpg