hervé ryssen

  • Tristes temps

    stupefaction

     

    A Paris, le tribunal correctionnel a condamné à deux mois de prison avec sursis (tout de même) un jeune homme qui, dans une boîte de nuit, avait mis KO l’agresseur sexuel d’une jeune fille qu’il ne connaissait même pas. Le juge a estimé que la réaction à l’agression avait été « disproportionnée ». L’agresseur sexuel, lui, a écopé de quatre mois (avec sursis !). Si ce jugement est confirmé en appel, cela signifie qu’avant de porter aide et assistance à quiconque, vous feriez mieux de peser le pour, le contre et peut-être même de téléphoner à votre avocat. Les agressés, surtout les femmes, apprécieront.
    Toujours à Paris, monsieur Hervé Ryssen a été condamné à trois mois de prison ferme pour injures à caractère racial. C’est la couverture de son dernier livre « Les milliards d’Israël » qui est visée. L’avocate du lobby juif essaie d’étendre la portée du jugement au contenu du livre, mais là, c’est plus difficile, Hervé Ryssen est toujours très documenté et imparable dans son argumentation. Trois mois donc, pour une couverture. Dépêchez-vous d’acheter ce livre, m’est avis que la censure ne va pas tarder à sévir. Boris Le Lay, quant à lui, est condamné à six mois fermes pour avoir écrit ces lignes hautement provocatrices et insultantes : On n’a jamais vu de Celtes noirs et on n’en verra jamais.
    Depuis, il a fait mieux, il est condamné par contumace à deux ans fermes pour « incitation à la violence et à la haine raciale », heureusement qu’il vit au pays des geishas, un des rares coins civilisés de cette planète, d’où il ne sera pas extradé.
    Quand même, quatre mois pour un agresseur sexuel, trois pour une caricature de juif en couverture et deux pour un type qui fait son devoir d’homme d’honneur. N’y aurait-il pas comme une inversion des valeurs ?

    A part ça, dans la raie publique, un repris de justice (14 mois de prison avec sursis …) postule pour devenir notre suprême magistrat, président d’icelle. Si vous comprenez, moi pas.
    Au chapitre de l’inversion des valeurs (entre autres …) Yann Moix, vous savez, cet écrivaillon qui a obtenu un prix il y a quelques années, eh bien, il a comme un problème: il n’aime pas la famille. Il estime que dîner en famille, c’est déjà de l’inceste et il ajoute : C’est des liens du sang que sont venus le racisme, la monarchie absolue. La vraie révolution, la vraie égalité totale, ce serait de mélanger les bébés à la naissance comme dans La vie est un long fleuve tranquille. On devrait interdire aux parents d’élever leurs enfants biologiques. L’agriculture manque de bras, ne serait-il pas temps de rééduquer ce monsieur aux dignes valeurs des champs de pommes de terre ?
    Si ce monsieur n’était pas « écrivain », il serait, avec tous les égards, prié de rester calme, d’avaler son Xanax, de voir son psy et d’attendre patiemment que son état s’améliore pour quitter la maison de repos où sa famille, par précaution, l’a interné. Mais non, voilà un malade mental qui nous exhibe son vomi. Que d’autres, tout aussi déjantés, paient pour ce faire !
    Quand une société en arrive à de pareilles abjections, pas étonnant qu’elle crève de sa maudite mort.
    Vivement un gîte, quelque part en Patagonie où aux Féroé, un Isolat pour fuit ces dégénérés et remettre les choses à l’endroit.
    Avant de revenir en force.

    alain juppé et françois fillon,primaires de la droite,yann moix,hervé ryssen,boris le lay,gauche et droite,justice et civilisation