Compteur de visite

islam et violence sexuelles

  • Cologne : à moitié nues et parfumées !

    COLOGNE IMAM.jpg

    Le monsieur dont photo s’appelle Sami Abu-Yusuf, il a doctement déclaré à la presse que les femmes de Cologne qui s’estiment victimes d’agressions sexuelles n’ont qu’à s’en prendre à elle-même, après tout elles étaient, nous citons : à moitié nues et parfumées. Ce monsieur est l’imam de la mosquée Al Tawheed de Cologne et c’est à la télévision russe qu’il a accordé une interview durant laquelle il a eu ce constat lucide : si des femmes se promènent ainsi (à moitié nues et parfumées), c’est comme mettre de l’huile sur le feu. Les médias allemands se sont bien gardés de reprendre les propos de cet étrange religieux, pour les lire il y a heureusement la presse étrangère et la toile.
    Bien sûr, on ne va pas répondre aux inepties de ce monsieur mais dénoncer le non-dit de la presse allemande qui tente d’occulter les dégâts collatéraux de la politique insensée de ses dirigeants.
    Nous ne pouvons en Europe recevoir des gens qui ne partagent pas nos structures mentales, des gens pour qui la femme est un peu plus qu’une chien et nettement moins qu’un chameau, un être que l’on marie à sa naissance, comme on le ferait d’une marchandise arrivée à maturation. Et peut-on admettre que le plus sérieusement du monde des excuses comme celles supra soient évoquées pour expliquer des comportements de violeurs ?
    De notre côté aussi, il est temps de mettre les pendules à l’heure. Notre société possède une identité, elle est le produit de son l’Histoire et elle possède sa valeur propre. La remettre en cause, c’est déboussoler les braves gens qui, dès lors, ne savent plus à qui se fier et adoptent des attitudes hédonistes, anarchiques voire nihilistes qui conduisent invariablement les sociétés vers le vide et le chaos qui s’en suit. C’est ce que firent et font encore des politiciens incultes, corrompus et déjantés, qu’ils soient allemands (Merkel et consorts) ou français (Hollande, Sarkozy et lobbys communautaires). Nous avons suffisamment dénoncé leurs comportements génocidaires.
    Retrouver les fondamentaux qui soutiennent nos sociétés européennes, les reconstruire sur des bases solides et exemptes de toute interrogation inutiles, inaugurera le renouveau culturel qui nous fait défaut. Non, nous ne sommes pas une société métissée, mondialisée où l’éclectisme est la règle. Nous sommes des sociétés de blancs aux racines gréco-chrétiennes qui reposent sur le vieux fond des religions antiques. Nous sommes des hommes et des femmes libres qui s’intègrent et se redconnaissent dans une naturelle hiérarchie. Nous croyons en un destin commun, celui de vivre chez nous, en paix, respecté et craint s’il le faut.
    Tout cela reste à confirmer, et qu’importe que la colonne soit brisée, après tout :
    adhuc stat !

    Ungern

    ADHUC STAT.jpg