migrants et europe

  • Demain les Barbares

    Résultat de recherche d'images pour "demain les barbares"

     

    En Allemagne, il y a un pasteur luthérien qui est d’une charité originale. Ne propose-t-il pas, le révérend, de fournir aux migrants en mal de sexe les services de prostituées. Il a même créé une association dénommée « frei liebe für freie menschen » (amour libre pour hommes libres) ; le tout au frais du contribuable allemand, bien entendu. S’il s’imagine, le naïf, qu’après cela les migrants africains ou arabes vont avoir plus de respect pour la femme occidentale qui ne se prostitue pas … il se trompe lourdement. L’appétit venant en mangeant, il ne doit pas s’imaginer que les agressions sexuelles dont ils sont les auteurs diminueront. Il y a de ces pasteurs qui feraient mieux de relire très attentivement l’Evangile.
    Cet exemple est significatif du délire irrationnel de certains pour qui le seul mot « migrant » est motif pour se battre la coulpe et tresser des verges pour se faire flageller. L’Empire romain d’occident s’est écroulé grâce au même processus de délitement des mœurs et des mentalités sans même que ses habitants ne s’en aperçoivent sauf quand il fut trop tard. C’est exactement ce qui nous arrivera.
    Quelques signes encourageants cependant : la popularité de madame Merkel est en chute libre, celle de Pegida (le mouvement anti-migrants) en hausse exponentielle, malgré le harassement judiciaire et médiatique dont il fait l’objet. Un peu partout une prise de conscience se dessine dans la tête de braves gens intoxiqués par des dizaines d’années de propagande délétère à coups de slogans culpabilisateurs. Les policiers, aujourd’hui sont dans la rue, les magistrats laxistes pointés du doigt, le gouvernement atone dénoncé mais têtu dans sa logorrhée de sophismes éculés. Marine Le Pen est créditée de 31% des votes au premier tour des présidentielles de 2017.
    Suffira-t-il d’élections gagnées par des gens lucides et courageux pour changer le cours des choses dans un monde globalisé où la doxa du métissage généralisé et du mondialisme imposé nous charge de son joug ? Rien n’est moins sûr. Les blogs étant particulièrement surveillés par un pouvoir aux abois autant ne pas insister trop lourdement sur l’urgence à prévoir un plan B dont on devine la nature guerrière.
    Le denier livre de Frank Poupart (Frank Poupart éditeur), Demain les Barbares, est un récit dantesque de l’effondrement brutal de notre société française. Une explosion de haine sanglante et haineuse sans pareil. Il y va d’un opus dur à lire, déprimant même et qui peut pousser le lecteur dans son désir de se voiler la face à relativiser la pertinence du récit. Un peu ce que firent ceux qui, en 1972, furent les premiers à lire Le Camp des Saints de Jean Raspail, le visionnaire. Et c’est précisément ce qu’il ne faut pas faire. Aujourd’hui, le scénario du Camp des Saints se joue sous nos yeux incrédules, dans dix viendra celui, apocalyptique, du roman de Poupart, mais ce sera la réalité ! Achetez ce livre que vous ne trouverez que chez Amazon, les libraires classiques (y compris la Fnac) ne le distribuant pas, vous passerez un sale moment, prix à payer pour contempler la réalité en face et les décombres qui la jonchent.
    Les temps à venir seront de plus en plus durs. Autant ne pas vous faire d’illusions. Il faut que chacun se prépare au pire et rejette ces idéologies mortifères qui nous ont empoisonné la vie et le cerveau durant des décennies. Le réveil, c’est aujourd’hui et il est brutal et il ne suffira pas de quelques aspirines pour nous rendre lucides et réactifs face au danger qui se profile.
    Caresser un 7.65 ou une femme, ne plus hésiter !

    7.65.jpg

  • Un Pape lesbien ...

    Le pape François lave les pieds de onze migrants dans un centre d'accueil près de Rome, le 24 mars dernier.

     

    Est-ce vraiment le rôle d’un Pape que d’aller sur une île étrangère à sa juridiction pour pointer du doigt une faute imaginaire dans la gestion par l’Europe des flots afro-asiates qui déferlent sur son continent ? L’orthodoxie sera représentée par le patriarche Bartholomée Ier de Constantinople, de quoi rassurer les susceptibilités gréco-romaines, mais, quand même, posons-nous quelques questions.
    Le Pape jésuite n’a-t-il vraiment pas mieux à faire ? L’état de son église catholique apostolique et romaine est-il à ce point florissant pour que lui, vicaire du Christ, aille prêcher pour l’arrivée en masse de musulmans, comme s’il n’y en avait déjà pas assez parmi nous ?  Ne ferait-il pas mieux de se soucier d’églises vides et soumises aux tirs croisés des laïcards et sectaires de tout poil ? On nous répondra que venant de la part d’un Pape qui demande à un rabbin de le bénir on en est pas à une aberration près. N’empêche, la question reste posée : le Pape doit-il absolument s’exhiber à Lesbos pour mettre en relief, non pas la situation des habitants de l’île ruinés par cette brutale vague migratoire, mais bénir les migrants eux-mêmes qui n’en ont rien à cirer du christianisme, romain ou grec. La déchéance de l’Europe occidentale étant ce qu’elle est, ce type de communication, somme toute dégradant, est bien dans l’air du temps et nous conforte dans notre sentiment que le catholicisme, tel qu’il évolue dans les sphères romaines, est moribond. Nous en sommes désolés, car nous ne voyons pas par quoi le remplacer sinon par une orthodoxie toujours florissante à l’Est, mais le moment n’est pas venu.
    Continent mercantilisé, castré, culpabilisé, livré aux appétits de la finance apatride, déchu d’une identité qualifiée d’honteuse et rétrograde, le déplacement du « pontife «  est une preuve de plus du délabrement spirituel et moral de ce continent.
    Les voies de la providence étant impénétrables, peut-être faut-il passer par là pour que chez certains, une minorité élue, renaisse avec force et vigueur la volonté d’éradiquer une fois pour toute cette engeance qui dénature ce qui ne peut l’être. Il  y va d’une petite coterie, toujours les mêmes, qui se partagent l’espace médiatique, financier et politique. Eux qui à Davos, Bilderberg, G20 et autres apartés distingués règlent le sort de populations candide et malléables à souhait. Peu de monde, peu de cous à tordre, mais la bête est polycéphale et difficile à tuer une fois pour toute. N’empêche, avec de la patience, de la volonté et de l’audace nous y parviendrons.  Pour ce faire, nous sacrifierons volontiers à d’autres dieux plus bienveillants que cet étrange démon auquel un pape jésuite prête allégeance.
    Avec les Jèzes, voyez-vous, il y a parfois de ces étranges confusions…


    Ungern

     

  • Migrants : quand le Pape en remet une couche

    MIGRANTS 2.jpg

    Les « chances » pour l’Europe

    Et le Pape jésuite remet ça ! Le voilà-t’y pas qu’il accorde un entretien à des catholiques de gauche français. Curieux tout de même que cet intitulé « catholique de gauche ». Catholique cela veut dire universel, il y a donc des universalistes de gauche et d’autres de droite, mais passons sur ces prolégomènes. Le Pape, il a dit à ces copains catholiques de gauche que ces migrants qui envahissent l’Europe, c’est pas grave, que ce vieux continent (qu’il a récemment comparé à une vieille femme stérile, tout de même) en avait vu d’autres et qu’il s’enrichissait des échanges, du métissage de l’accueil, du partage, et autres partouzes cérébrales du même acabit. Le tout dans cette logorrhée propre aux gens de gauche qui sont tous très intelligent et dotés d’un esprit particulièrement critique, isn’t it ?
    Sauf que la réalité, plus forte qu’un Lord Maire, et nous offre un tableau pour le moins contrasté. C’est ainsi que dans notre beau et vieux pays, le monsieur qui a en charge l’accueil des réfugiés, le préfet Kleber Arhoul, nous signale dans un de ces rapports secs et précis dont les haut-fonctionnaires ont le secret que ces braves gens sont presque tous des hommes isolés, qu’ils sont généralement non qualifiés pour l’emploi en France (il n’y a presque pas d’ingénieurs, de médecins ou de poètes parmi eux) et qu’aucun ne parle français. On en fait quoi ? Pour le Pape jèze, ce n’est qu’un méprisable détail, mais laissons-le à ses chimères.
    Et puis il y a les petits rigolos qui pondent des articles dans des torchons style Libération dans lesquels ils nous assurent au bout de phrases alambiquées d’où transparaissent leur mauvaise foi atavique et leur propension pathologique au masochisme que toutes les civilisations se valent et qu’en fait il n’y en qu’une, « la civilisation de l’homme » et autres billevesées de cet ordre.
    Pas besoin d’y aller d’un mémoire pour infirmer cette sottise. Il y a des civilisations supérieures aux autres dans la mesure où leur universalité s’impose naturellement. Ainsi la nôtre qui voit ses concepts copiés un peu partout dans le monde, pas par la guerre mais parce que le monde les trouve bons, pratiques et les adopte. Il en va de l’art en général comme des mathématiques, de la philosophie (cette dernière est une discipline purement européenne), de la musique (la musique occidentale est jouée dans le monde entier ; écouter « La Passion selon Saint Jean » par le Tokyo Baroque Ensemble vaut tous les arguments en faveur de cette affirmation) et aussi, domaine moins noble, l’économie et la finance qui rythment à l’heure de Londres et Wall Street l’économie mondiale.
    A contrario, citez-nous un philosophe musulman, un romancier sunnite à stature mondiale. Fredonnez-vous des airs issus des souks du Caire ou de Lahore ? Les pygmées, eux, sont de petits hommes certes fort sympathiques et respectables mais le monde ce serait passé d’eux, ce qui ne leur retire aucunement le droit de vivre heureux, caché et comblé. Et nous pourrions continuer ainsi ad libitum. Restons-en là : écrire que notre civilisation est supérieur à d’autres, ce n’est pas discriminatoire, mais réaliste. Cela ne nous donne pas le droit d’en être fier, ce qui serait stupide, mais heureux et soucieux de la préserver des attaques qui viennent de partout à commencer par ceux qui sont les premiers à en user et abuser.
    Ces types, Pape compris, qui nous chantent ces airs fielleux, il faudrait les mettre hors d’état de nuire. Après tout, nous sommes en guerre, il y a des sanctions spécifiques qui visent les défaitistes, les traîtres et les lâches.
    Non ?

    Ungern