Compteur de visite

philosophie politique

  • Pour une esthétique du dédain

    philosophie,philosophie politique,existencer authentique,heidegger,aristocratie,sur-homme,dépassement de soi

     

    "L’homme est une maladie", écrivait Joseph de Maistre. "Si la Terre est une peau, l’homme est sa maladie", lui répond en écho Nietzsche. L’homme est un être déchu, imparfait, à l’image d’une nature en proie à de féroces contradictions. Tout dans la création témoigne d’une permanente tension entre forces divergentes. Il n’y a rien à changer à cet état, c’est comme ça depuis la chute du premier homme qui s’appelle Adam dans notre tradition, laquelle est partagée par toutes les autres.
    Faire donc de cet homme déchu la "mesure de toutes choses", voilà qui n’est pas très malin. Protagoras, l’auteur de cette brillante maxime était un sophiste patenté et père du relativisme, on lui attribue le célèbre A chacun sa vérité, c’est dire le personnage.
    L’esthétique que nous prônons est celle du dépassement et du dédain de la plèbe. Celle qui cultive l’adéquation du vrai et du beau. Faire de sa vie une œuvre d’art n’est pas donné à tout le monde.
    La masse en tant que telle est gélatineuse, molle, innervée. Elle consomme et ne crée pas, elle est passive et stérile, elle n’est rien. Donner à cette non-entité un droit de vote par exemple est un acte insensé, mais passons.
    L’homme n’est que dans la mesure où il entend dépasser sa nature. Devenir "humain-plus-qu’humain", pour traduire correctement le Uebermensch de Nietzsche. Quitter la gangue matérielle qui le confine dans des frontières trop étriquées pour sa vraie nature et atteindre des rives nouvelles que l’on ne peut décrire faute de vocabulaire. Mener ce que Heidegger appelle une "existence authentique".
    Voilà la doctrine qui sous-tend toute notre action. Elle est difficile, héroïque même à mettre en œuvre, elle exige un dépassement continu, elle est crainte par la plèbe, taxée de tous les noms mais notre silence méprisant est la réponse idoine.
    Œuvre au noir, au blanc, au rouge …

    Ungern

    philosophie,philosophie politique,existencer authentique,heidegger,aristocratie,sur-homme,dépassement de soi

     

     

     

  • L'obsession antisémite de BHL

    Résultat de recherche d'images pour "BHL"

    Et avec ça, champion toutes catégories de l'entartrage ...

     

    Bernard-Henri Levy fut le philosophe à la mode, aujourd'hui il fait tout pour durer, c'en est pathétique, mais on ne va pas le plaindre, quand même ! Voilà un personnage de théâtre, narcissique à souhait, doué d’une culture incertaine, d’idées toutes faites et de ressentiments à profusion. Cheveux implantés au vent mauvais qu’entrouvre une chemise d’un blanc immaculé. Et puis, est-il philosophe ? Ce dernier est censé créer des concepts comme celui de la caverne chez Platon ou la volonté de puissance de Nietzsche, le "Dasein" de Heidegger, l’élan vital de Bergson etc … pour BHL le seul concept qu’il ait pondu est celui d’islamo-fasciste. Nous en eussions fait autant. Le bonhomme ne manque pas d’air. N’a-t-il pas déclaré il y a deux ou trois ans qu’il était temps de réécrire le Coran et qu’un Juif dans son genre ferait parfaitement l’affaire. Il a tout fait pour que Sarkozy y aille de sa guéguerre en Libye avec le résultat que l’on connaît : l’implantation terroriste islamiste dans ce pays. où BHL paradait accompagné de jeunes soldats, Kalach au bras, qui faisaient semblant d’assurer sa protection. Quelques semaines plus tard, Kadhafi évincé, il était déclaré persona non grata en Libye. Les vainqueurs n’appréciaient pas les Juifs ! Peu importe, BHL est fier de lui. Autant vous dire qu’envers Bachar-El-Assad il est plus qu’haineux. Sur la ligne de l’ex-ministre Fabius (son coreligionnaire), il souhaite, ni plus ni moins, qu’on réserve au président syrien le même sort que celui réservé à Kadhafi. Pour rappel : une sodomisation en règle avant l’abattage même pas rituel. Ce qui, avouez-le, n’est guère gentil envers un régime syrien qui jamais, au grand jamais, n’a persécuté les Juifs qui vivent, prospères et en paix sur son territoire. Pour un Juif, aujourd’hui, Damas est plus sûr que Tel-Aviv. Mais la reconnaissance n’est pas dans la carte du monde du personnage. BHL, Juif d’Afrique du Nord, pratique à merveille l’art de la chutzpah , cette insolence purement hébraïque qui consiste à en remettre une couche telle dans la provocation qu’elle laisse votre interlocuteur béat, pantois et baba. Exemple : au tribunal le fils, assassin de ses parents, qui réclame des juges l’indulgence envers un « pauvre orphelin ». BHL est dans ce registre qui lui permet d’assouvir une autre haine, génétique celle-là et vouée à ce christianisme qu’il exècre. Ce faisant, il reste dans la droite ligne talmudique qui dit et prêche que le peuple élu est le peuple juif et que toutes les nations doivent prêter allégeance à ce peuple de « prêtres et de rois ».
     Notre homme s’y entend à merveille pour jouer de la corde antisémite. Un virtuose. L’autre soir chez Ruquier il y est allé de son numéro habituel. Si Laurent Fabius n’est pas devenu président de la république française c’est parce qu’il est Juif et que les Français, indécrottables et nostalgiques antisémites ne veulent pas « d’un roi juif », comme les Britanniques n’ont pas voulu de Disraeli. Quant à Dominique Strauss-Kahn, dont tout le monde connaît les excès, notamment à New-York, même topo. Lui aussi est victime d’une « longue tradition de notre antisémitisme national ».
    Faire de l’accusé une victime, c’est un vieux truc d’avocat, il y a des jours où ça marche, d’autre pas, mais arrive un temps où le plus pointilleux des antiracistes est pris de court. Trop c’est trop, cela ne passe plus, décidément la chutzpah est par trop indigeste.
    Mais BHL n’est pas soluble dans du bicarbonate de soude.
    Il faut plus …

    BHL, philosophie politique, chtuzpah, judaisme et élitisme, tamudisme et racisme, chtutzpah, le mensonge comme strétégie, france

  • Femmes minces et monde moderne

    roger nimier,fascisme et littérature,esthétique fasciste,philosophie politique,volonté de puissance,nietzsche et le sur-homme

    Lire la suite