Compteur de visite

sondages

  • Vivre ensemble : un sondage malvenu

     

    Malaise dans Landerneau. Le Journal du Dimanche a publié une enquête effectuée par l’institut Ipsos et qui porte sur les comportements des Français vis-à-vis des « autres », les musulmans, les juifs, les noirs. Le moins que l’on puisse dire c’est que les résultats de cette enquête qui a duré dix-huit mois quand même, ne collent pas vraiment avec l’angélisme eschatologique exprimé par les autorités officielles sous le vocable généraliste : vivre ensemble.
    C’est ainsi que les « blancs » français ne souhaitent pas, vraiment pas, que leur enfant épouse un musulman ou un juif et encore moins un noir. Ils ne sont pas les seuls, les musulmans de France ne souhaitent pas que leur enfant épouse un non-musulman. Même ton chez les juifs dont plus de la moitié a déjà songé à émigrer en Israël ou au Kamchatka. Les préjugés antisémites sont plus ancrés dans la communauté musulmane qu’ailleurs.
    Les « blancs » français n’ont pas une bonne opinion des musulmans, ils disent que ces derniers ne s’assimilent pas ou pas assez aux normes de la vie à la française. Ils sont nombreux à être choqués par leurs tenues vestimentaires, celles des femmes en particulier. Ils n’ont pas d’amis, ou très peu dans la communauté musulmane et vice versa. De même avec les juifs, les sondés estiment qu’ils sont surreprésentés dans les médias , qu’ils sont plus riches que la moyenne des Français et que leur pouvoir est énorme au regard de leur nombre. Tout ce beau monde s’accorde cependant pour déclarer que les « Rom » sont vraiment insupportables, tous voleurs, sales, dégoûtants etc. … Et tous, sans exception disent que l’immigration n’est pas une chance pour la France, surtout pas celle qui voit déferler à nos frontières des tas de gens qu’on n’a pas invité en bonne et due forme.
    Cela vous étonne, ce sondage ? Il est vrai qu’interroger le bon peuple peut s’avérer dangereux pour les idées reçues. C’est ainsi qu’ils sont nombreux chez nos élites à s’étrangler d’indignation. Comment a-t-on pu réaliser pareille enquête ? Et puis, de toute façon, les questions étaient tronquées, les sondeurs débiles et orientés et le résultats bidonnés. Une femme politique, sénateur de son état, se fait porter pâle et twitte : cher ministre de la justice, cher ami, peux-tu engager des poursuites ?
    Que nos femmes et hommes politiques soient bornés, stupides et irrécupérables, la preuve en est donnée, une fois de plus.
    Il ne nous appartient pas d’approuver ou non les résultats de ce sondage, encore moins de le commenter. Soulignons simplement que les braves gens qui sont nés ici expriment leur désir de vivre ensemble pourvu que leur façon de concevoir l’existence ne soit point chamboulée. Et ils en ont le droit dès lors que l’interrogation de ce vivre ensemble s’exprime pacifiquement.
    Dans un sondage, par exemple …
    On peut rêver.

    Ungern