Compteur de visite

syrie et guerre

  • Le bal des hypocrites

    Afficher l'image d'origine

     

    La guerre est toujours dégueulasse  qui n’épargne pas les civils. Voyez l’Allemagne réduite à l’âge de la pierre par les bombardements alliés, mais aussi Caen en France où dix mille civils trouvèrent la mort en juin 1944, écrasés sous les bombes anglo-américaines. En Syrie, face à « l’Etat islamique », les troupes coalisées n’ont pas le choix. Il faut déloger ces assassins qui prennent comme bouclier des civils qui n’en peuvent. C’est triste, c’est un crève-cœur, mais la guerre c’est comme les omelettes…
    C’est un comble quand même que ce soient ceux qui ont balancé une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki, qui ont versé sur Dresde une pluie de bombes incendiaires faisant près de deux cent mille morts, alors qu’il n’y avait dans cette ville aucune concentration de troupes ni même d’usines stratégiques, ce sont donc eux qui exigent que la Russie soit condamnée parce qu’elle bombarde des positions stratégiques à Alep !  L’Allemagne, la France (toujours complaisante) et les Etats-Unis (génocideurs des Amérindiens, soit dit en passant) veulent que la Russie soit mise au banc des accusés. Ce serait risible si ce n’était d’une répugnante hypocrisie.
    Autre exemple d’hypocrisie élevée au rang de vertu.
    La presse bien-pensante s’indigne parce que des ouvriers nord-coréens ont été délégués en Pologne pour travailler dans les chantiers navals. Ces hommes sont payés en Corée du nord par la société qui les a loués euorpe et ététs-unis, euorpe et démocratie, presse et médfiasaux Polonais, ils ne bénéficient pas de la sécurité sociale polonaise et demeurent en Pologne près de trois ans, logés dans des hôtels d’où ils ne sortent guère. Esclavage moderne et pas sympa pour un sou. Leurs prestations vont rapporter des devises à la Corée du nord. Ce que les journalistes indignés oublient, c’est que la si démocratique Corée du sud fit de même en 1965 en « louant » à l’Allemagne fédérale vingt mille ouvriers pour les chantiers de Brême ou les usines automobiles. C’est la société Hyundai qui était la contrepartie coréenne du contrat. Oublié tout cela !
    Aux Etats-Unis, le clan de Bill Clinton, sans doute avec Kennedy le plus érotomane des présidents étasuniens, noie Monsieur Trump sous une trombe d’accusations de harcèlement sexuel sans apporter la moindre preuve. La défense étant la meilleure des attaques, autant  y aller franco. Les coups sous la ceinture pleuvant, madame Clinton a un avantage certain ; elle n’en a pas !
    Et nous ne mentionnerons pas les étranges propos privés d’un curieux président Hollande qui sont le contraire de ce qu’il  affirme dans ses discours publics. Venant de lui, cela ne surprend personne.
    Il faudrait que l’on cesse de nous inculquer une « ‘histoire sainte ». Les hommes sont ainsi faits qu’ils  succombent plus facilement au mal qu’à la vertu qui exige des efforts et de l’abnégation. Quand l’Histoire n’est plus qu’une historiette, elle devient  propagande, slogan, mot d’ordre, mensonge et nous prend pour des demeurés qui ne savent ni ne veulent savoir.
    Ce  qui n’est pas nouveau, ni l’apanage de Pyongyang,  à vrai dire, maigre consolation, c’est le comportement le mieux réparti chez les hommes.
    L’homme est quelque chose qui doit être dépassé !